Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 18:29

 

Les oies du Canada créent la polémique

Les oies sauvages, qui compromettent la sécurité aérienne de New York par leur nombre important, sont abattues par milliers.

Afin de ne pas "gaspiller" ces animaux, les volatiles sont désormais "recyclés" pour servir de repas aux nécessiteux.


Les mesures de sécurité aériennes à New York vont permettre de nourrir des personnes nécessiteuses.

 

En effet, cet été, ce sont plus de 1000 oies sauvages qui seront abattues et acheminées jusqu’en Pennsylvanie pour nourrir les plus défavorisés, rapporte le National Post.


Le surnombre d’oies dans le ciel des États-Unis représente un danger pour la sécurité aérienne.

 

En 2009, un Airbus A320 était entré en collision avec un vol d’oies sauvages et avait dû atterrir d’urgence sur l’Hudson.

 

Aussi, pour réduire la population de ces oiseaux, plusieurs centaines de spécimens vont être abattus et il n’est plus question de laisser les corps se perdre.

 

Au lieu d’être amenés dans une décharge, le Département municipal de la Protection de l’Environnement a fait en sorte que les volatiles servent de repas à ceux qui n’en ont pas les moyens.

 

Ils seront donc acheminés vers des banques alimentaires en Pennsylvanie, qui contrairement à l’État de New York possède un protocole d’exploitation de la viande d’oie.


La démarche peine à se répandre

Jackson Landers, un activiste "locavore" (qui milite pour la consommation de produits locaux), est satisfait par cette démarche : à ses yeux, l’abattage vain de l’année passée était scandaleux, et il s’est démené pour valoriser la possibilité de manger cette viande qui était gaspillée.

 

L’oie s’apparenterait selon lui davantage à de la chair de bœuf que de poulet.

 

Les modes de préparation de ce mets sont variés, allant du rôti au burger en passant par la viande frie.

 

Un problème qui crée la controverse

Mais l’idée n’est pas du goût de tout le monde.

 

Certaines personnes émettent des réticences : "Ce n’est pas parce qu’ils ont de petits revenus que l’on doit leur demander de manger quelque chose que la plupart des Canadiens ne mangeraient pas", témoigne Gail Nyberg, directrice d’une grande banque alimentaire à Toronto.


Pour Sinikka Crosland, qui milite pour les droits des animaux, le plan imaginé par New York pour amener de la viande d’oie aux banques alimentaires de Pennsylvanie n’est qu’une "excuse pour justifier quelque chose qui n’a rien d’éthique".

 

Pour la Fédération Canadienne de la Vie Sauvage, tuer les oies ne devrait être que la solution de dernier recours, d’autres techniques pour ralentir l’expansion de leur population étant possibles.


Avec plus de 4,3 millions d’individus, la population des oies doit effectivement être réduite, du fait des dégâts que ces animaux infligent à leur environnement.

 

Au-delà de la pollution sonore, leurs excréments et plumes posent problème, de même que le fait que ces volatiles saccagent les vignes et abiment l’herbe.

 

Tout cela, ajouté aux accidents d’avion impliquant ces oiseaux, en font une véritable préoccupation.

 

Jackson Landers espère donc que la vision des gens changera à l’égard des oies : elles ne seraient plus un danger potentiel, mais la perspective d’un repas délicieux.

http://www.gentside.com/oie/des-oies-abattues-et-servies-dans-un-repas-de-charite_art24356.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ANNIE PEYSSON 29/06/2011 20:43


faisons table rase, abattons tous les arbres, détruisons tout ce qui est sur notre passage, place à l'HOMME