Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 18:04

Posted on 03-11-2009 by Leonard


Depuis que le processus de domestication a commencé, l’élevage sélectif de plus de quatre mille générations a incroyablement modifié l’aspect physique de certains chiens.

Pourtant, même le petit chihuahua manifeste toujours les traits comportementaux de son ancêtre, le loup.

Comme celui-ci, le chien domestique communique vocalement et gestuellement, les oreilles et la queue étant particulièrement expressives; et il a conservé son puissant instinct social.


Envoi d'un message

Envoi d'un message


Ouïe

Les chiens ont généralement le sens de l’ouïe très éguisé et sont capables d’entendre des ultrasons, trop hauts pour l’oreille humaine.
Cette capacité auditive étendue les aide à traquer une proie et à communiquer entre eux.
Depuis peu, on utilise des chiens comme auxiliaires des mal-entendants, en les entraînant à signaler des sons tels que, par exemple, la sonnerie du téléphone.

Odorat


La finesse de l’odorat, commune à tous les chiens, est particulièrement développée chez des races tels que le Saint-Hubert, qui en usent pour suivre le gibier.
Pour capter les odeurs, les chiens se fient à leur nez mais aussi à l’organe de Jacobson, situé dans la bouche.

Communication


Les loups envoient des signaux en hurlant.
Ce moyen de communication reste bien développé chez les chiens nordiques, qui travaillent en groupe.
Les chiens de meute sur la voie peuvent aboyer, ce qui est utile au chasseur quand le chien n’est pas visible.

http://www.myeasypet.com/blog/2009/11/sens-comportement-du-chien/?utm_source=Newsletter11&utm_medium=article3&utm_campaign=NEWS061109


Organe de Jacobson

L’organe de Jacobson est un véritable sixième sens.

Comme le chien ou le cheval, le chat est capable de goûter les odeurs à l’aide de son organe voméro-nasal.

Il retrousse ses babines pour permettre aux odeurs de remonter par deux petits conduits situés derrière les incisives jusqu’à deux sacs remplis de fluide dans les cavités nasales chargées de concentrer les odeurs.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat#Organe_de_Jacobson

Repost 0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 15:42
Manifestation devant le cirque PINDER à Paris
**Fausse opération commerciale du cirque "BINDER" avec faux tracts publicitaires parodiques**

DIMANCHE 8 NOVEMBRE
rdv à 15 h pour les consignes/prépration
à la sortie du métro 8 Porte de Charenton, côté parking
(ne pas se rendre directement devant le cirque)

- venir habillé en rouge et/ou jaune (ex : tee-shirt rouge par dessus le manteau)
- nous informer de votre venue en envoyant un mail à cirques(point)animaux(at)yahoo(point)fr

Après Toulouse, Avignon, Dijon, Lyon, Metz, Nancy, Rennes, etc...
C'est au tour de Paris d'accueillir le cirque Pinder comme il se doit en informant le public que le dressage et la vie captive sont contraires au bien-être des animaux.

Qui est PINDER ?
- la plus grande fauverie itinérante, dirigée par le Président du Syndicat National du Cirque
- une ménagerie de 130 animaux de 20 espèces différentes dont 60 fauves et des animaux protéges par la CITES
- le responsable de ces négligences http://www.code-animal.com/cirques/pinder.htm

Pour plus d'info sur le thème, consulter le rapport de l'association Code Animal http://www.code-animal.com/campagne/rap ... ue2008.htm
vidéo : http://www.dailymotion.com/relevance/se ... s_politics

Remerciements : http://www.code-animal.com/boite_outils/adhesion.htm
Repost 0
Published by labrajack - dans Zoos -Cirques.
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 15:36
HONTEUX en Espagne : UN MONUMENT EN HOMMAGE AUX GALGUEROS

Connaissez-vous le sort réservé par les chasseurs espagnols à ces MILLIERS de Galgos et Podencos chaque année en Espagne?
Torturés et tués dans des conditions effroyables dans un pays d'Europe
où les lévriers n'ont même pas le statut d'animal de compagnie (ils sont considérés comme chiens de travail et donc éliminés pour la plupart en fin de chasse dans des conditions atroces)

Un massacre, chaque année renouvelé et entretenu grâce à des élevages (crias) qui réalimentent un marché réservé à ces "malades mentaux" que sont pour beaucoup d'entre eux les chasseurs espagnols.


Selon une coutume archaïque
, ces derniers se prétendent liés à leur chien par un code d'honneur qui les autorise, si leur chien les déçoit dans ses fonctions de chien de chasse, à laver leur honneur en les torturant : pendus à un arbre quand ce n'est pas sur la façade de leur maison, brûlés vifs à l'acide, jetés au font d'un puits sec, écorchés vifs trainés derrière une voiture, les pattes ou la truffe coupées au sécateur etc... quand on sait que ces chiens attachés court en plein soleil ou dans le noir d'une cave ne sont nourris (pain et eau) et abreuvés que tous les 3 jours on comprend qu'ils puissent ne plus être performants pour la chasse en très peu de temps.

On ne parle pas de cas isolés mais de MILLIERS de chiens ainsi sacrifiés chaque année.


Le gouvernement Espagnol laisse faire, les responsables des pays d'Europe restent silencieux...
Et pire encore, voila une mairesse qui glorifie ces "tortionnaires de chiens" pour obtenir plus de voix lors de prochaines élections, en faisant quoi ?
Une statue !

Non vous ne rêvez pas, ils ont osé!!!

Et c'est la municipalité de Serranillo del Valle , province de Madrid, qui a décidé d'édifier un monument en hommage à tous les galgueros!
Il va de soi que l'Espagne fait circuler un modèle de courrier à envoyer à Mme la Mairesse.
L'Association "galgos-éthique-europe" et le blog "agir pour les galgos" en fera autant mais avec un courrier personnalisé qui sera présenté sous peu, un courrier qui devra être court pour être accepté par le formulaire

(http://www.ayto-serranillosdelvalle.es/users/contactForm)

Pour ceux qui voudraient savoir à quoi ressemble, sur son site internet, cette mairesse en mal probablement de voix électorale pour son prochain mandat: Saludo de la Alcadesa
(voir photo ci-contre).

Sur le site cliquer :
http://www.ayto-serranillosdelvalle.es/static/block/Saludo%2Bde%2Bla%2BAlcaldesa (photo ci-contre).

Et allez voir sa page concernant la statue : http://www.ayto-serranillosdelvalle.es/home/story/325



Courrier de protestation :

Courrier ci-dessous à envoyer à la mairesse Alcadesa (page formulaire : http://www.ayto-serranillosdelvalle.es/users/contactForm) après avoir mentionné son nom - téléphone - mail ... C/C et "enviar"

EN ESPAGNOL :

Un ami sur Facebook me propose cette lettre en Espagnol qui me semble plus conforme à la traduction française :

---

Querida Sra. Alcaldesa,

Me ha llegado la información de un monumento en homenaje a los galgueros en su municipio. Desde Europa, somos numerosos en estar escandalizados en cuanto al mal trato sufrido por tantos galgos cada año en su país.

Este homenaje no debería dirigirse al galgueros sino más bien a todos los voluntarios defensores de los animales que se dedican cada año en salvar a millares de galgos abandonados en el campo o colgados a los olivos.

Desde Europa, es aquí nuestro homenaje, el enviado a los que representan la verdadera modernidad de una sociedad en progreso o sea todos los defensores de los animales en España

Saludos sinceros


-----

En remplacement de celle-ci :

Senora Alcadesa
Me llega la noticia de un homenaje que se hace en su pueblo a los galgueros. Desde Europa, somos numerosos a ser escandalizados hablando de todo el maltrato que viven tantos galgos cada ano en su pais.
Este homenaje tendria que hacerse no a los galgueros sino a todos los voluntarios animalistas quienes se dedican cada ano a salvar miles de galgos abandonados en el campo o ahoracados en olivares.
Desde Europa, eso sera nuestro homenaje a nosotros, a los que representan la verdadera modenidad de una sociedad que se adelanta.

Atentamente


TRADUCTION en Français :

Chère Mme la Mairesse,

M'est parvenue l'information d'un monument en hommage aux galgueros dans votre commune. Depuis l'Europe, nous sommes nombreux à nous dire scandalisés concernant toute la maltraitance subie par tant de galgos chaque année dans votre pays.
Cet hommage ne devrait pas s'adresser aux galgueros mais plutôt à tous les bénévoles défenseurs des animaux qui se vouent chaque année à sauver des milliers de galgos abandonnés dans la campagne ou pendus aux oliviers.
Depuis l'Europe, ce sera là notre hommage, celui adressé à ceux qui représentent la véritable modernité d'une société en progrès à savoir tous les défenseurs des animaux en Espagne

Sincères salutations.
(votre nom)

Faites un copier/coller sur la page : http://www.ayto-serranillosdelvalle.es/users/contactForm

Et envoyez !

L'Espagne est également le seul pays européen dans lequel il est banal de rencontrer un Galgo pendu à un arbre, les pattes arrière frôlant le sol pour prolonger son agonie.

Honte à l'Espagne !

Afin de mettre un terme définitif à cette situation qui perdure depuis trop longtemps, une seule solution: l'interdiction de la chasse avec les Lévriers en Espagne, comme dans le reste de l'Union Européenne.

...no comment si ce n'est d'ajouter quand même que ces élevages ne sont en aucun cas ni contrôlés ni pénalement poursuivis!
Une Espagne qui prétend partager les mêmes valeurs que les français...
Une Espagne qui se dit moderne...
Une Espagne qui se dit humaniste...
Une Espagne qui se dit catholique...
Une Espagne qui se dit civilisée...

Bref... une Espagne qui se croit européenne mais qui continue à prôner le "tuez-les tous et Dieu reconnaîtra les siens"

Mais, me direz-vous, et ce monument, à quoi il ressemble? A ça !!



Bien évidemment la réplique ne s'est pas faite attendre et un défenseur espagnol des animaux a proposé le monument ci-dessous qui est son hommage à lui aux milliers de galgos pendus par les galgueros.
Alors lequel de ces deux monuments vous paraît le plus réaliste?



Nota : voici le commentaire de la mairesse concernant la réplique :

Un photomontage brut vise à discréditer l'image de Galgueros et la ville de la vallée Serranillos : Avec un manque total de sensibilité et de bon goût, cette image a été trafiqué résultant dans une scène effrayante de violence envers les animaux qui n'a rien à voir avec la réalité (Sic !) et qui blesse la sensibilité de nombreux résidents de la vallée Serranillos que depuis plusieurs années intéressés à garder vivantes les traditions, y compris la chasse à courre.
Depuis la ville de Valley Serranillos tiens à préciser que rien n'a cette fausse image avec la municipalité et de son peuple et condamne ces actions entreprises depuis l'anonymat le plus lâche. La municipalité exprime son rejet total de tout type de maltraitance des animaux (ndlr : voir les photos sur les sites spécialisés) et prévient qu'il n'est pas acceptable de généraliser et de considérer tous Galgueros maltraitent leurs chiens.
La sculpture "Hommage à Galguera" qui peut être admiré dans Calle Castilla y León, est une belle œuvre d'art où l'image de la Galgueros digne et lévriers, toujours présent dans la vie de la municipalité.


Voila une sale menteuse : madame Saludo de la Alcadesa
Repost 0
Published by labrajack - dans Maltraitances.
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 18:11

Ajouter à mon journal Séquence inhabituelle hier dans le jeu de TF1 "Attention à la marche" présenté par Jean-Luc Reichmann. L'émission s'est en effet transformée le temps de quelques minutes en débat "Pour ou contre la chasse et les chasseurs".

Suite à la réaction de l'une des candidates qui insolemment affirme que les chasseurs sont "tous des cons",  le présentateur décide de donner la parole à un chasseur présent dans le public.

Le jeu vire au débat !


Regardez:



Repost 0
Published by labrajack - dans Chasse.
commenter cet article
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 16:00
Attention ceci est un faux reportage, mefiez vous...

http://www.adsavvy.org/save-our-cats-and-kittens-from-fishermen-or-how-to-make-lots-of-money-online-as-a-liar/

Une pratique horrible à dénoncer! D.R.

Une pratique horrible à dénoncer! D.R.
On sait et on comprend que les pêcheurs utilisent de l'appât pour capturer le poisson mais qu'ils aillent jusqu'à pendre des chatons vivants à leurs crochets pour capturer des requins ça, c'est un peu trop horrible pour laisser passer sans faire de bruit.

Rédaction en ligne:


Ces pêcheurs ont été filmés par Grady Warren, un ancien spécialiste et guide de pêche qui a été témoin de cette pratique lors d'une sortie en mer, alors qu'il réalisait un DVD sur la pêche au Marlin au large des côtes du Venezuela.


La vidéo montre “ de riches pêcheurs américains blancs ” à l'œuvre, utilisant de petits chatons pour attraper le Marlin bleu ou le requin.


C'est pour l'entraînement et pour le fun...” déclarent ces pêcheurs sans scrupule au reporter qui les filme.

Quand ce dernier leur demande pourquoi ils sont si cruels les réponses fusent et le reporter de les citer: “ Je déteste les chats.”

ou encore “ J'aime bien voir un grand requin manger ces tout petits chats. ”


Ces “ pêcheurs poussent même le bouchon à affirmer que les refuges pour animaux sont tellement surpeuplés de chats que c'est de ce fait un moyen utile de s'en débarrasser ”.


Dans son commentaire Graddy Warren rappelle qu'il y a quelques siècles les chats étaient victimes de persécutions ainsi que leurs propriétaires.

Les chats noirs surtout étaient souvent associés à la sorcellerie.

C'est pourquoi on les brûlait vifs.


Ici c'est encore pire.

Les chats sont accrochés vivant aux hameçons de pêche reliés à une ligne cerf-volant.

Ils ne peuvent ensuite plus que nager en tournant en rond en attendant qu'un requin ou un marlin viennent les dévorer.


Cette pratique est le reflet du comportement le plus sadique barbare et cinglé que j'ai jamais vu, ajoute Grady Warren.


C'est tout bonnement effarant!


>La vidéo ci-dessous est tellement incroyable qu'on pourrait douter de la véracité des images.

A vous de juger, mais âmes sensibles soyez prudents.

 

Music Video Code by Sudpresse Videos

http://www.sudpresse.be/magazines/buzz/2009-11-03/chatons-vivants-appats-peche-737937.shtml

http://www.adsavvy.org/save-our-cats-and-kittens-from-fishermen-or-how-to-make-lots-of-money-online-as-a-liar/

Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 20:00
L’association KENZO trainée devant la Justice pour avoir sauvé des chiens de 1ère catégorie.
Besoin de votre aide
Hier, mardi 3 novembre, je me suis rendue à une convocation de la Gendarmerie Nationale de mon secteur afin d’y être auditionnée, en tant que Présidente de l’association KENZO pour la protection animale et la défense des chiens catégorisés, à propos de trois chefs d’accusation:
- Acquisition de chiens de 1ère catégorie
- Cession de chiens de 1ère catégorie (malgré la présentation d’une jurisprudence légalisant les contrats de garde, ils sont assimilables, selon le procureur qui nous poursuit, à une cession)
- Non stérilisation dans les délais d’une chienne de 1ère catégorie (trois ou quatre jours de retard sur le délai légal à cause d’un RV reporté).
Outre les condamnations que je risque et qui me laissent froide puisque je ne regrette pas d’avoir voulu aider tous ces chiens, le Procureur réclame bien sûr la «destruction» des «objets» de ces différents délits: les chiens de 1ère catégorie de l’association Kenzo.
Toute cette affaire est la conséquence de l’accueil, en début 2008, par l’association KENZO, d’une chienne de 1ère catégorie qui s’automutilait dans son box de fourrière. Cette chienne adorable a trouvé une famille d’accueil aimante aussitôt sortie de fourrière et nous avons établi un contrat de garde. Au moment où cette FA a déclaré la chienne en mairie, le dossier a été transmis au procureur.
Notre faute: ne pas avoir de refuge, si ce n’est mon domicile qui est un mini-refuge où j’accueille la quantité légale de chiens autorisée à un particulier et de nombreux chats.
Or, le Procureur refuse d’accepter le fait que mon domicile, qui est le siège de l’association, puisse être un refuge du simple fait qu’il est mentionné dans les statuts sous le terme: accueil.
Ce qui veut dire strictement la même chose, mais pas pour ce Procureur.
Sachant que cette affaire qui a débuté il y a plus d’un an, lors de ma première convocation à la gendarmerie en mai 2008, ne se terminerait pas aussi facilement, nous avons décidé, Magali (Vice Présidente et trésorière) et moi-même, de ne plus accueillir aucun chien de 1ère catégorie. Cela nous a été reproché et a provoqué le départ de nos déléguées les plus actives et la mise en sommeil d’une association qui pourtant, permettait à de nombreux propriétaires de chiens catégorisés de s’y retrouver dans une loi si difficile à comprendre.
Nos principaux donateurs n’ont plus fait de dons, sauf un ou deux fidèles que nous remercions).
Trop de gens ont oublié que même si nous ne prenons plus de chiens pour les raisons bien évidentes expliquées ci-dessus, nous en avons pris beaucoup avant qui demeurent la propriété de l’association et pour lesquels nous avons encore des frais de vétérinaires, une petite pension à payer pour certains, l’assurance de l’association, et maintenant, des frais d’avocat car nous allons faire notre possible pour que tous ces pauvres chiens ne finissent pas sous la seringue d’un vétérinaire.
Nos chiens ont plus que jamais besoin que vous vous mobilisiez pour eux en nous aidant à trouver des avocats pas trop gourmands, à payer ces avocats, et plus simplement, à renflouer notre trésorerie car nous raclons le fond.
Je tiens aussi à conseiller à toutes les associations qui comme nous, veulent aider les chiens de 1ère catégorie, de se montrer prudentes.
Quel est l’intérêt de vouloir sauver des chiens de l’euthanasie si ce n’est que pour remettre à quelques mois, quelques années, leur inéluctable fin sur une table d’euthanasie?
Aidez-nous, pour nos chiens qui sont innocents et pour nos familles d’accueil qui sont attachées à ces pauvres parias qui leur ont été confiés.
Bien cordialement,
Christine Delfosse, présidente de l’association KENZO.

http://lavoixdekenzo1.e-monsite.com/

Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 19:51

Fausse opération commerciale du cirque "BINDER" avec faux tracts publicitaires parodiques**

dimanche 8 novembre

rdv à 15 h pour les consignes/prépration

à la sortie du métro 8 Porte de Charenton, côté parking

(ne pas se rendre directement devant le cirque)



- venir habillé en rouge et/ou jaune (ex : tee-shirt rouge par dessus le manteau)

- informer de votre venue en envoyant un mail à cirques(point)animaux(at)yahoo(point)fr



Après... Toulouse, Avignon, Dijon, Lyon, Metz, Nancy, Rennes, etc...

C'est au tour de Paris d'accueillir le cirque Pinder comme il se doit en informant le public que le dressage et la vie captive sont contraires au bien-être des animaux.



Qui est PINDER ?

- la plus grande fauverie itinérante, dirigée par le Président du Syndicat National du Cirque

- une ménagerie de 130 animaux de 20 espèces différentes dont 60 fauves et des animaux protéges par la CITES

- le responsable de ces négligences http://www.code-animal.com/cirques/pinder.htm

Pour plus d'info sur le thème, consulter le rapport de l'association Code Animal http://www.code-animal.com/campagne/rapport_cirque2008.htm

vidéo : http://www.dailymotion.com/relevance/search/cirque%2Banimal/video/x...
Repost 0
Published by labrajack - dans Zoos -Cirques.
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 18:39

Cette merveille ... Impossible pour moi de faire un article plus court... Tellement de choses a dire sur cet animal absolument magnifique, boulversant et étonnant...

"En s'associant avec un chat , on ne fait que prendre le risque d'être plus riche ..."
"Associandosi con un gatto, si fa prendere solamente il rischio di essere più ricco ..."
Colette


Le chat domestique mâle est couramment appelé un « chat » tandis que la femelle est une « chatte » et le jeune un « chaton ».
Le mot chat vient du bas latin cattus qui d’après le Littré dans son édition de 1878, provient du verbe cattare, qui signifie guetter, ce félin étant alors considéré comme un chasseur qui guette sa proie.
Cette dernière interprétation porte à controverse, au vu des termes utilisés dans les langues afro-asiatiques.
En latin classique, « chat » se disait felis (d'où, en français, félin, félidés, etc.), mais désignait uniquement le Chat sauvage d'Europe, tandis que cattus s'appliquait au chat domestique.

On désigne aussi plus familièrement le chat par minet et la chatte par minette. Ce terme, attesté dès 1560, provient de mine, nom populaire du chat en gallo-roman.
Ce mot est à l’origine de l’expression dès potron-minet, qui signifie « de bon matin ».
D’après le Littré, il s’agirait d’une déformation de paître au minet, c’est-à-dire du moment où le chat, qui se lève tôt, va chercher son paître : sa pâture, sa nourriture…
Cette explication doit sans doute à la pudeur de cet auteur du XIXe siècle : selon Claude Duneton, cette expression provient de poitron-jacquet, jacquet désignant un écureuil (animal matinal marchant la queue levée) et poitron désignant le postérieur.
Dès potron-minet signifie donc : « à l’heure où l’on voit le derrière du chat ». Quant au « minet » ou à la « minette » qui « fait des mines », lorsque ce terme est appliqué à l’être humain, c’est un jeune homme ou une jeune fille qui s’efforce de plaire et se préoccupe beaucoup de son apparence.

Un chat mâle non castré est un « matou », terme à l’origine incertaine qui viendrait peut-être d’une dérivation de mite comme dans chattemite.
Le chat est aussi nommé familièrement « mistigri », mot-valise composé du préfixe miste, signifiant adroit, et de gris, la couleur.



Anatomie

Squelette et muscles

Comme tous les carnivores, la dernière prémolaire supérieure et la première molaire inférieure forment les carnassières.
Celles-ci permettent au chat de déchirer sa nourriture, grâce à des muscles puissants fixés aux parois latérales de son crâne, et de l’avaler sans la mâcher.
De plus, la mâchoire du chat est munie d’articulations solides qui ne lui permettent de mâcher que dans le sens vertical, mais possèdent l’avantage de maintenir l’effet de ciseaux des carnassières en toutes circonstances.
L’os hyoïde est entièrement ossifié, ce qui permet au chat de ronronner mais pas de rugir.

Le squelette est composé de 250 os.
Les vertèbres du cou sont courtes, et la colonne vertébrale est très souple. La clavicule des chats, de petite taille comme pour tous les félins, est reliée au sternum par un unique ligament : cela lui confère une grande souplesse, les épaules pouvant bouger indépendamment l’une de l’autre.
Les vertèbres caudales prolongent la colonne, leur nombre est variable en fonction des races.
La queue joue un rôle dans l’équilibre.

Les chats sont digitigrades.
Les pattes antérieures se terminent par cinq doigts pourvus de griffes rétractiles constituées de kératine, mais seuls quatre doigts touchent le sol, le pouce restant à l’écart.
Les pattes postérieures, plus longues que les pattes antérieures, se terminent par quatre doigts également pourvus de griffes rétractiles.
Des cas de polydactylie existent et certains standards de races de chat l’admettent dans les concours.
Les coussinets ou pelotes, sont constitués d’une membrane élastique qui confèrent une marche silencieuse.

Les muscles du dos sont très souples et ceux des pattes postérieures sont puissants.
Ces spécificités confèrent à l’animal une grande souplesse et une détente ample lors des sauts : il peut notamment sauter à une hauteur cinq fois supérieure à sa taille.
À la course, sa vitesse moyenne est de 40 km/h et il met 9 secondes pour faire 100 m, mais il n’est pas un coureur de fond et il se fatigue assez vite. Contrairement à ce que l’on peut penser, tous les chats savent très bien nager et ils n’hésiteront pas à se jeter à l’eau s’ils y sont contraints.

Un chat pèse en moyenne entre 2,5 et 4,5 kg et mesure de 46 à 51 cm sans la queue, de 20 à 25 cm de long.
Le record de poids et de taille est détenu par Himmy, un chat castré australien qui, à sa mort en 1986, pesait 21,3 kg pour 96,5 cm de longueur totale et un tour de taille de 84 cm.



Les types de pelages

Les types de pelages sont nombreux, car très variables en fonction des races.
Le pelage du chat est composé de poils longs (jarre) et portant les marques de la robe (taches par exemple).
En dessous se trouvent les poils plus courts (bourre), puis le duvet.
Cette organisation permet une bonne isolation du corps.
Il existe des poils longs, courts, frisés, et même crépus.
Certaines races, comme le sphynx, sont presque dépourvues de poils : un très léger duvet recouvre le corps, ainsi que la queue.

La robe d’un chat est composée d’une ou plusieurs couleurs qui forment diverses combinaisons (les motifs) appelés patrons : certains individus présentent de larges taches, d’autres des rayures ou des mouchetures, d’autres encore un pelage uni.
La robe peut aussi avoir une pigmentation plus foncée vers les extrémités du corps (robes colourpoint, mink et sépia).
L’alliance des différentes couleurs et des patrons donnent toutes les variations de fourrure possibles pour un chat. La couleur de la fourrure du chat peut prendre de nombreuses teintes (noir, blanc, bleu, roux…), plus ou moins diluées ou foncées.
Les mâles pour des raisons génétiques ne peuvent avoir qu’une seule ou deux couleurs à la fois (sauf exceptions) ; seules en principe les femelles peuvent en comporter trois : ce sont les robes écaille de tortue et calico.
Un effet désigne une teinte aux reflets changeants due à la variation de clair et de foncé sur la longueur du poil (robes chinchilla, shaded, smoke ou cameo).

Les sens

Prédateur crépusculaire (coucher et lever du soleil) à l’origine, le chat possède des sens très développés.
Il perçoit son univers différemment des humains, et on lui a même prêté des pouvoirs surnaturels.
Il existe ainsi de nombreuses légendes de chats ayant prédit des tremblements de terre ou autres catastrophes.
L’explication la plus probable est que son oreille est apte à percevoir des vibrations inaudibles pour les humains.

"La mélancolie, c'est un chat perdu qu'on croit retrouvé ..."
"La malinconia, è un gatto perso che si crede ritrovato..."
Léo Ferré


L’ouïe

De 60 à 80 % des chats blancs aux yeux bleus sont sourds[16]Son ouïe est particulièrement sensible dans les hautes fréquences : il perçoit des ultrasons jusqu’à 50 000 Hz alors que l’oreille humaine est limitée à 20 000 Hz. Son pavillon en cornet peut être orienté grâce à vingt-sept muscles, ce qui lui permet de pivoter chaque oreille indépendamment pour localiser avec précision la source d’un bruit et sa distance.

La surdité des chats blancs fait aujourd’hui débat.
Cette surdité serait liée à la couleur blanche (gène « W »).
Schématiquement, on peut dire que tous les chats blancs sont génétiquement sourds en général.
Cette anomalie, bien que présente au niveau génétique, ne s’exprime pas systématiquement chez tous les chats.
Ainsi, soit la tare reste cachée et l’oreille se développe normalement, soit la tare se manifeste et dans ce cas la dégénérescence est complète : le chat est totalement sourd de l’oreille atteinte.
Sachant qu’un chat a deux oreilles et que l’anomalie n’affecte pas toujours les deux oreilles de la même manière, trois cas se présentent : la surdité est bilatérale, unilatérale ou absente.

Il est en effet démontré que l’allèle W, à l’origine de la couleur « blanc dominant », est directement responsable d’une dégénérescence de l’oreille interne, occasionnant la surdité.
Le chaton naît normal mais vers l’âge d’une semaine, son oreille interne, au lieu de continuer à se développer subit des altérations progressives.
La dégénérescence est généralement complète à trois semaines.

La vue

Gros plan sur l’œil d’un chat
Le tapetum lucidum des yeux du chat réfléchit la lumière.La vue est son sens primordial.
Son champ de vision est plus étendu que celui des humains : l’angle de vision binoculaire est de 130°, pour un champ de vision total de 287°, contre seulement 180° chez l’homme, ce qui reste cependant loin du record absolu du monde animal.

L’intensité lumineuse influence la forme de la pupille : allongée en fente étroite en pleine lumière, elle se dilate en un cercle parfait à la pénombre. Contrairement à une idée répandue, il est incapable de voir dans le noir complet.
Il est toutefois beaucoup plus performant que l’œil humain dans la pénombre. La nuit, l’aspect brillant des yeux est dû à une couche de cellules de la rétine, appelée tapetum lucidum, qui agit comme un miroir et renvoie la lumière perçue, ce qui la fait passer une seconde fois dans la rétine et multiplie ainsi par deux son acuité visuelle dans l’obscurité.

En revanche, il semblerait (cela est encore discuté) que le chat ne perçoive pas la couleur rouge et que, d’une manière générale, il distingue très mal les détails.
Sa vision est granuleuse sur les images fixes tandis qu’un objet en mouvement lui apparaît plus nettement (par exemple une proie en mouvement).

Une particularité de l’œil du chat est qu’outre les paupières inférieure et supérieure, il est protégé par une troisième paupière, la membrane nictitante. Celle-ci se ferme à partir du bord inférieur du coin interne de l’œil vers l’extérieur.
Quand elle ne se referme pas complètement, c’est souvent le signe d’un problème de santé chez le chat (troubles digestifs, parasitisme le plus souvent ou entérite).
Les chats peuvent avoir les yeux de différentes couleurs comme bleus, verts, jaunes, marrons…

L’odorat

Gros plan sur le nez du chat.L’odorat a une grande importance dans la vie sociale du félin pour délimiter son territoire.
Par ailleurs, c’est son odorat développé qui lui permet de détecter la nourriture avariée et empoisonnée.
Il possède deux cents millions de terminaux olfactifs, contre cinq millions pour l’homme.

Le goût

Le sens du goût est développé chez le chat, moins que chez l’homme cependant : chez le chat adulte, on compte 250 papilles comptant 2 000 bourgeons gustatifs.
Contrairement au chien, le sens gustatif du chat est localisé à l’extrémité de la langue, ce qui lui permet de goûter sans avaler.
Il est sensible à l’amer, à l’acide et au salé, mais non au sucré.

Le toucher

Son sens du toucher est également bien développé.
Ses vibrisses (moustaches, mais il y en a aussi aux pattes, sous le menton, les sourcils) lui indiquent la proximité d’obstacles, même dans l’obscurité totale, en lui permettant de détecter les variations de pression de l’air. Celles-ci lui permettent aussi de mesurer la largeur d’un passage.
Il ne faut surtout pas les couper car le chat serait déstabilisé.
Les coussinets garnissant ses pattes sont très sensibles aux vibrations et sa peau est constellée de cellules tactiles extrêmement sensibles.


"Il y a deux moyens d'oublier les tracas de la vie : la musique et les chats."
"Ci sono due mezzi di dimenticare gli arrovellamenti della vita: la musica ed i gatti."


Autres sens

Organe de Jacobson

L’organe de Jacobson est un véritable sixième sens.
Comme le chien ou le cheval, le chat est capable de goûter les odeurs à l’aide de son organe voméro-nasal.
Il retrousse ses babines pour permettre aux odeurs de remonter par deux petits conduits situés derrière les incisives jusqu’à deux sacs remplis de fluide dans les cavités nasales chargées de concentrer les odeurs.

L’équilibre lors d’une chute : l’organe vestibulaire

Son organe vestibulaire est également particulièrement développé, lui conférant un bon sens de l’équilibre.
Ceci explique l’étonnante faculté qu’ont les chats de se retourner rapidement pour retomber sur leurs pattes lors d’une chute.

Si un chat fait une chute de deux mètres et plus (si tel n’est pas le cas, sa technique ne marche pas) alors qu’il est sur le dos, il peut se retourner afin d’amortir cette chute.
En effet, il tourne d’abord sa tête en direction du sol, entraînant les pattes avant puis les pattes arrières.
Le chat se retrouve alors le ventre en direction du sol et prend une position qui ressemble à celle d’un écureuil volant.
Il ne lui reste qu’à courber le dos et dès qu’il se rapproche du sol, il rassemble ses pattes, comme s’il était sur terre.
Cependant cela ne le sauve pas forcément mais rend juste la chute moins grave.
Parfois, cela ne suffit pas et c’est la mort.

Communication

Les chats communiquent principalement entre eux par des phéromones ou des positions corporelles.

Les glandes contenant les phéromones se trouvent en de nombreux points sur le corps : glandes anales, autour de la queue et de la bouche, sur les joues, entre les coussinets et se déposent également dans la salive, les selles et l’urine.
Elles ont l’avantage de pouvoir durer dans le temps, même en l’absence du chat, contrairement aux vocalises ou aux positions corporelles.
Elles peuvent être déposées de manière volontaire (marquage du territoire, contacts sociaux comme l’allotoilettage…) ou involontairement (stress, attachement de la mère à ses chatons, phéromones sexuelles).
Le chat utilise également une large gamme de positions corporelles pour communiquer.
La position générale du corps, ses mimiques faciales ou les mouvements de sa queue, de ses yeux et de ses oreilles indiquent l’état dans lequel se trouve le chat.
En dehors de la relation entre une chatte et ses petits, le miaulement est très peu utilisé lorsque des chats communiquent entre eux.
Par contre, au contact de l’humain, il continue souvent à utiliser différentes vocalises pour communiquer.


Un chat ... Une merveille ...


Miaulement

Le miaulement est un cri caractéristique du chat.
En général, le chat est d’un tempérament plutôt discret mais certaines races, notamment les siamois, sont plus « bavardes » que d’autres.

Le chat crie souvent et fortement quand il cherche un compagnon ou une compagne.
Certains disent alors qu’il « margotte », au sens figuré.
Les miaulements sont poussés tout d’abord par la femelle au début de l’œstrus puis pendant toute la période d’accouplement, par le mâle et la femelle, avec de nombreuses variations possibles.

Plus rarement, le chat émet un miaulement saccadé d’intensité faible lors d’une frustration, comme lorsqu’il voit une proie hors de portée tel un oiseau ou un insecte volant.
Ce miaulement est souvent accompagné de claquement des mâchoires, parfois accompagné de vifs mouvements de queue, que l’on pourrait comparer à notre expression avoir « l’eau à la bouche ».

En présence de l’humain, le chat très imprégné utilise souvent un registre spécifique, qui varie selon l’individu et qui semble en grande partie acquis. Ainsi, selon le chercheur John Bradshaw, le chat peut alors utiliser une dizaine de vocalises selon les circonstances et sa situation.
Ainsi, il peut accueillir son maître avec des petits miaulements brefs en rafales (comme s’il « aboyait »), saluer les passants, demander une action spécifique (le brossage, par exemple), signaler qu’il a faim, ou mal.

Grognement

Le chat, en position d’attaque ou de défense, est aussi capable de grogner et de souffler.
Le terme de feulement est également utilisé dans le sens de grondement. Par exemple, de nombreux grognements et sifflements - en plus des miaulements - sont émis par les mâles qui s’affrontent pour la femelle lors des périodes de reproduction.

Ronronnement

Le mécanisme du ronronnement n’est pas encore connu, les félins ne semblant pas posséder d’organe dédié particulièrement au ronronnement. Une première hypothèse suppose une contraction très rapide des muscles du larynx, ce qui comprimerait et dilaterait la glotte, faisant vibrer l’air au passage.
Une autre, plus ancienne, évoque une vibration de la veine cave, amplifiée par les bronches, la trachée et les cavités nasales.
Ces vibrations sonores se retrouvent chez la plupart des félins mais leur mécanisme et leur utilité sont encore mal expliqués.
Cet état, comme le sommeil, pourrait être réparateur pour l’organisme du chat.
En effet, une hypothèse avance que le ronronnement, dont la fréquence se situe entre 25 et 30 Hz, peut avoir un pouvoir réparateur et même antalgique par rapport aux os, aux tendons et aux muscles.
On pense que le ronronnement est également très bénéfique aux humains, notamment grâce à un effet relaxant.

Le ronronnement apparaît dès l’âge de deux jours lors de la tétée, où chatte et chatons communiquent par ronronnement ; ce phénomène apparaît aussi lors de la toilette des chatons par la mère.
Le ronronnement se manifeste le plus souvent lorsque l’animal éprouve du plaisir mais aussi de la souffrance : stressé, blessé et même en mourant, le chat peut ronronner.
Enfin, le ronronnement sert aussi à communiquer, puisque la rencontre de deux chats déclenche des ronronnements.

Le chat ronronne le plus souvent pour exprimer la dépendance : le chaton dépend de sa mère et de son lait, de l’homme lorsqu’il réclame des soins ou des caresses.


« On n'a pas deux cœurs, l'un pour l'homme, l'autre pour l'animal… On a du cœur ou on n'en a pas. »
Lamartine.

Sommeil

Le chat a besoin d’entre 12 et 16 heures de sommeil, mais en général il dort plus, soit en moyenne 15 à 18 heures par jour.
Il reste ainsi éveillé environ 8 à 12 heures, dont une partie de la nuit pour chasser.

Le chat est un animal avec une grande proportion de phases de sommeil paradoxal pendant lesquelles il rêve : la durée quotidienne de cette phase dure de 180 à 200 min chez le chat, contre environ 100 min pour l’homme. C’est pour cette raison que le chat est fréquemment utilisé dans le cadre d’expérimentations sur les cycles du sommeil.

Durant les phases de sommeil paradoxal, l’activité électrique du cerveau, des yeux et des muscles est très importante : plusieurs mouvements surviennent tels que l’agitation des vibrisses, les sursauts des pattes ou de la queue, le hérissement du pelage, le battement des paupières, le changement de position…

Il est à noter que ces phases de sommeil paradoxal sont très importantes chez le chat : cela lui permet de garder un équilibre au niveau mental (puisqu’il rêve de chasse, de ce qu’il fait durant le temps où il est éveillé).
Ce sommeil paradoxal peut voir son temps augmenté par des repas échelonnés au cours de la journée.
Durant ce sommeil paradoxal il est fort probable que le chat capture une proie imaginaire puisque il est possible d’observer chez certains individus quelques mouvements des membres qui évoquent des positions de chasse.
Lorsque le chat entre dans une phase de sommeil paradoxal, le tracé de son encéphalogramme est analogue à celui de l’éveil malgré une totale perte de conscience : le système nerveux fonctionne probablement à vide, soit pour sélectionner et mettre en mémoire les événements de la journée, soit pour évoquer le souvenir des perceptions passées, d’où l’hypothèse que le sommeil paradoxal est un témoin de l’activité onirique.

Griffades

Chatte griffant une branche d’arbre pour marquer son territoire.
La pousse des griffes du chat est continue, et compense leur usure naturelle. Le chat peut ajuster la longueur et aiguiser ses griffes en les frottant contre une surface rugueuse : il « fait ses griffes ».
Les griffades sont des marquages visuels et olfactifs.
Ce comportement est un outil de communication.

Le chat possède entre les coussinets des glandes sudoripares émettrices de phéromones qui servent à signaler son passage aux autres chats.
En outre, les traces de griffades sont un marquage visuel, pour signaler la présence d’un chat sur le territoire.

Toilette

Lors de leur toilette, ils avalent de nombreux poils morts qui s’accumulent dans l’estomac, formant des boules de poils, appelées trichobézoards.
Cela perturbe leur transit intestinal et ils sont obligés de les régurgiter afin d’éviter une occlusion intestinale.

L’« allotoilettage » (action de se lécher mutuellement) est réservé aux chats qui se connaissent et s’apprécient.
Ils se lèchent pour échanger leur odeur et déposent sur l’autre des phéromones apaisantes.
Quand ils s’entendent bien, les chats adultes dorment volontiers ensemble, serrés l’un contre l’autre comme lorsqu’ils étaient chatons.
Un moyen de se procurer mutuellement chaleur et sécurité.
En dormant ensemble, les chats échangent aussi leur odeur.

Longévité

Le chat domestique a une longévité atteignant régulièrement 12 à 18 ans. Selon le livre Guinness des records, le record du chat le plus vieux est détenu par Puss, chat tigré britannique appartenant à Mrs Holway, mort en 1939 à l’âge vénérable de 36 ans.

Le chat à travers l’histoire

Évolution de l’espèce

Dans son Het Leven der Dieren Zoogdieren, Brehm désigne le chat domestique comme Felis maniculata domestica.
Le chat domestique appartient au genre Felis depuis sa première description par Carl von Linné en 1758 en tant que Felis catus dans la trentième édition de Systema naturae, mais sa position dans la classification des êtres vivants a varié fortement : le chat domestique a pris tantôt le statut d’espèce, tantôt celui de sous-espèce du chat sauvage (Felis silvestris) et de nombreux synonymes de l’un ou l’autre des termes ont existé.

En 2006, des travaux effectués sur les chromosomes sexuels et l’ADN mitochondrial de toutes les espèces de félins, conjugués à des recherches paléontologiques, ont révélé que la lignée du Chat domestique (Felis catus) a vraisemblablement divergé il y a 3,4 millions d’années, au Pliocène, dans les déserts et les forêts denses du bassin méditerranéen.
Une autre étude moléculaire menée sur 979 individus (chats des sables, chats sauvages de différentes sous-espèces et chat domestique) en 2007 a permis de montrer les liens proches entre le chat ganté (Felis silvestris lybica) et le chat domestique : ceux-ci auraient divergé il y a environ 130 000 ans.

Domestication du chat

Les premières découvertes paléontologiques situaient les premiers foyers de domestication du chat en Égypte, vers 2000 av. J.-C., mais la découverte en 2004 des restes d’un chat aux côtés de ceux d’un humain dans une sépulture à Chypre repousse le début de cette relation entre 7 500 à 7 000 ans avant J.-C. Le chat découvert présente une morphologie très proche du chat sauvage d’Afrique, sans les modifications du squelette dues à la domestication : il s’agissait d’un chat apprivoisé plutôt que domestiqué. La cohabitation des chats et des hommes est probablement arrivée avec le début de l’agriculture : le stockage du grain a attiré les souris et les rats, qui ont attiré les chats, leurs prédateurs naturels.

L’étude menée par Carlos Driscoll sur 979 chats a permis de déterminer l’origine probable du chat domestique : c’est dans le Croissant fertile que félins et hommes auraient noué contact. Cinq domestications différentes du Chat ganté eurent lieu, il y a 8 000 à 10 000 ans.

Le chat domestique n’est pas la seule espèce parmi les Felinae utilisée comme animal de compagnie, le Chat ganté et le Jaguarondi sont ou ont été apprivoisés eux-aussi pour chasser les souris et les rats.


"Le temps passé auprès d'un chat n'est jamais perdu ..."
"Il tempo passato vicino ad un gatto non è perso mai..."
Colette


Chat dans l’Égypte antique

Une mosaïque de Pompéi

La déesse nordique Freyja dans son char tiré par ses chats, Nils Blommér 1852.Les Égyptiens de l’Antiquité divinisèrent le chat sous les traits de la déesse protectrice Bastet, symbole de la fécondité et de l’amour maternel, dont le culte se situait principalement dans la ville de Bubastis. Les archéologues ont découvert de très nombreuses momies de chats qui montrent à quel point les Égyptiens les vénéraient ; on peut voir ces momies, entre autres, à Paris (musée du Louvre), à Londres (British Museum) ou au Caire (Musée égyptien du Caire).

En guise d’animaux chasseurs de rongeurs, la Grèce antique ne connaît longtemps que les mustélidés (furets et belettes). Ce sont les Phéniciens qui volèrent aux Égyptiens quelques couples de leur animal sacré pour les revendre aux Grecs. Aristophane cite même la présence d’un marché aux chats à Athène.

Les Romains, en revanche, vouaient une passion au chat : d’abord réservé aux classes aisées, l’usage de posséder un chat se répandit dans tout l’Empire et dans toutes les couches de la population, assurant la dispersion de l’animal dans toute l’Europe.



Moyen Âge et Renaissance

En principe, l’image du chat est positive dans l’islam en raison de l’affection qu’éprouvait Mahomet, sauvé de la morsure d’un serpent par un chat. À l’inverse, le chat fut satanisé dans l’Europe chrétienne durant la majeure partie du Moyen Âge, manifestement en raison de son adoration passée de la part des païens et surtout de la réflection de la lumière dans ses yeux, qui passait pour être les flammes de l’Enfer. Dans la symbolique médiévale, le chat était associé à la malchance et au mal, d’autant plus quand il était noir, ainsi qu’à la sournoiserie et à la féminité. C’était un animal du diable et des sorcières. On lui attribuait des pouvoirs surnaturels, dont la faculté de posséder neuf viesLes différentes vagues de peste, dues à la prolifération des rats, pourraient être une conséquence de la diminution du nombre de chats.

Cependant, la Renaissance marqua un certain retour en grâce du chat, principalement en raison de son action préventive contre les rongeurs, dévoreurs de récolte.



Période moderne et contemporaine

Une première tentative de réhabilitation fut la célèbre Histoire des Chats : dissertation sur la prééminence des chats dans la société, sur les autres animaux d’Égypte, sur les distinctions et privilèges dont ils ont joui personnellement (1727) de François-Augustin de Paradis de Moncrif. L’auteur y prend la défense du chat à travers des références historiques, notamment à l’ancienne Égypte, qui se veulent érudites et constituent en réalité un pastiche de la pédanterie.

Malgré de nobles exceptions comme les chartreux de Richelieu ou le persan blanc de Louis XV, le chat ne connut son véritable retour en grâce qu’à la faveur du romantisme : il devint l’animal romantique par excellence, mystérieux et indépendant. Toujours au XIXe siècle, il se retrouva également symbole du mouvement anarchiste (France), à travers son image poétique, autonome et gracieuse. Le XXe siècle, quant à lui, a gardé cette vision romantique tout en s’intéressant au chat d’une manière plus scientifique.


"Toutes les 4 secondes un Animal meurt pour l'industrie sanglante et innommable de la fourrure !!!"
"Tutti i 4 secondi un Animale muore per l'industria insanguinata ed innominabile della pelliccia!!!"


Commerce de la fourrure

Dans certains pays, la fourrure du chat fait l’objet, comme celle du chien, d’une demande importante dans les industries de la mode.
De nombreuses associations de protection des animaux condamnent l’utilisation de la fourrure des chats.
Elle est désormais interdite d’importation et d’exportation en Europe depuis le 31 décembre 2008.

Les mesures prises par l’Europe dans ce domaine visent à mettre fin — de façon identique dans toute l’Europe — aux abus constatés dans le commerce des fourrures, en particulier en provenance des pays asiatiques, dont l’étiquetage est souvent mensonger (fourrure de chat ou de chien importée sous d’autres désignations, par exemple en tant que fourrure synthétique).
Ces pratiques seraient en particulier le fait de la Chine, qui se livrerait à l’élevage des chiens et des chats pour faire le commerce de leur fourrure à grande échelle.

Comme l’a déclaré à cette occasion Markos Kyprianou, commissaire européen à la santé et à la protection des consommateurs :

« Le message transmis par les consommateurs européens est on ne peut plus clair. Ils estiment qu’il est inacceptable d’élever des chats et des chiens pour leur fourrure et ils refusent que des produits contenant ces fourrures soient vendus sur le marché européen. L’interdiction à l’échelle communautaire que nous proposons aujourd’hui signifie que les consommateurs auront la certitude de ne pas acheter, par mégarde, des produits contenant de la fourrure de chat et de chien. »
D’après les enquêteurs de PETA-Allemagne, qui ont conduit une enquête en Chine du Sud, les chiens et les chats feraient l’objet en Chine d’un commerce très important, dans des conditions particulièrement choquantes :

Tout d’abord, les chiens et chats, entassés à vingt dans des cages grillagées, seraient transportés ainsi par camion, chaque camion regroupant dans ces cages plus de 800 animaux, souvent blessés et affolés.
Toujours selon la PETA, ce trafic concernerait des millions de chiens et chats, destinés à être tués pour leur fourrure ;
les cages seraient déchargées des camions en les jetant à terre du haut du camion sans aucune précaution, parfois de plus de trois mètres de haut, fracturant les pattes des animaux.
Ceux-ci seraient dans un certain nombre de cas des animaux volés, comme l’indique le collier qu’ils portent encore ;
enfin, les peaux de ces chiens et de ces chats feraient fréquemment en Chine l’objet d’un étiquetage mensonger, générant pour le consommateur occidental le risque d’acheter sans le vouloir des vêtements en peau de chat ou de chien.
La nouvelle règlementation européenne interdit la mise sur le marché, l’importation dans la Communauté et l’exportation depuis cette dernière de fourrure de chat et de chien et de produits en contenant, à compter du 31 décembre 2008. Elle prend en compte les fraudes à l’étiquetage constatées de la part de certains pays tiers en se dotant des moyens de détection nécessaires. Selon le règlement (CE) no 1523/2007 du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2007 :

« les États membres doivent, avant le 31 décembre 2008, informer la Commission des méthodes de détection de fourrure qu’ils utilisent pour déterminer l’espèce d’origine de la fourrure (par exemple la spectrométrie de masse MALDI-TOF) » ;
« la Commission peut adopter des mesures arrêtant les méthodes analytiques à utiliser dans ce domaine » ;
« les États membres doivent, avant le 31 décembre 2008, établir des sanctions appropriées pour veiller à ce que l’interdiction soit respectée et notifier ces dispositions à la Commission ».
Il est significatif du contexte de cette affaire que la Communauté précise qu’elle adopte cette règlementation alors même que « le traité ne permet pas à la Communauté de légiférer pour répondre à des préoccupations éthiques », et que la Commission donne à cette occasion (23 janvier 2006) communication au Parlement européen et au Conseil, « concernant un plan d’action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010 [COM(2006) 13 final - Journal officiel C 49 du 28 février 2006] ».




Proverbes

« A bon chat, bon rat » : se dit de deux ennemis également pugnaces.
Un bon chasseur peut trouver un adversaire à sa mesure.

« A mauvais chat, mauvais rat » : on ne peut qu’être méchant envers les méchants.

« Chat échaudé craint l'eau froide » : après une expérience malheureuse, on en arrive à craindre des choses inoffensives.

« Les chiens ne font pas des chats » : on garde toujours les caractéristiques de ses parents

 « Quand le chat n'est pas là, les souris dansent » : le supérieur absent, les subordonnés en profitent pour ne plus travailler

« La nuit, tous les chats sont gris » : dans l’obscurité, les détails s’estompent et l’on peut confondre des objets différents. Autre sens : on peut se conduire comme on veut tant qu’on ne se fait pas prendre. Cette phrase est notamment employée par Scarron (Le Roman comique, I, 13) et par Beaumarchais (Le Barbier de Séville, III, 5).

« Il ne faut pas réveiller le chat qui dort » : il faut éviter de réactiver une source de danger lorsqu’elle s’est mise en sommeil.

« Ne faites pas confiance au chat quand il y a du poisson au menu » (proverbe malgache).

« Ne faites pas comme un chat qui cache ses ongles » (proverbe malgache).

« Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout quand il n’y est pas » (proverbe chinois).

« Peu importe que le chat soit gris ou noir pourvu qu’il attrape les souris » : proverbe chinois et devise de Deng Xiaoping.

« Qui est né chat pourchasse les souris » (proverbe italien) : on ne peut pas lutter contre sa propre nature.

« Le chat aime manger le poisson, mais pas le pêcher » : se dit d’une personne profiteuse.

Expressions

Il pleut des chats« dès potron-minet » : à l'aube (de potron, déformation de posterio ; à l'origine : dès potron-jacquet)

« avoir des yeux de chat » : bien voir dans l'obscurité

« avoir un chat dans la gorge » : être enroué

« donner sa langue au chat » : initialement rester sans voix ; par extension, avouer son ignorance, arrêter de réfléchir à un problème et demander la solution

« acheter chat en poche » : acheter sans voir l'objet de la vente. Molière utilise cette locution (Pourceaugnac, II, 7). En sens inverse, on peut vendre chat en poche, c’est-à-dire ne pas faire voir ce que l’on vend. L’expression Chat en poche a également inspiré le titre d’une pièce de théâtre de Georges Feydeau.

« Acheter un chat en sac » ou « Acheter un chat dans un sac » dans le même ordre d’idée. La formule se trouve entre autres chez Boileau (Satires, I) et Daniel.

« avoir d'autres chats à fouetter » : Avoir des choses plus importantes à faire que celles qui nous sont proposées

« être comme chien et chat » : avoir des relations tendues, difficiles

« il n'y a pas de quoi fouetter un chat » : c'est une affaire sans importance

« il n'y a pas un chat » ou « il n'y a pas la queue d'un chat » : il n'y a personne. Cette phrase est très répandue dès le XVIIIe siècle, en particulier dans la correspondance de Voltaire.

« appeler un chat un chat » : parler franchement de sujets délicats ou scabreux.

« jouer à chat » (vieilli) : jeu de poursuite dans la cour de récréation

« jouer à chat perché » : variante du précédent où un joueur en hauteur est invulnérable

« jouer au chat et à la souris » : faire durer cruellement une situation déplaisante

« maladie des griffes du chat » : lymphoréticulomatose bénigne d'inoculation.

« maladie du cri du chat » : ensemble de malformations dues à la délétion d'un bras du chromosome 5

« pipi de chat » : chose de peu de conséquence ou bien boisson, en particulier bière, de mauvais goût

« Passer comme un chat sur la braise » : Passer très vite, notamment au figuré lors d'un discours pour passer rapidement sur un fait douteux.

« De la bouillie pour les chats » : travail bâclé, texte incompréhensible.

« Faire une toilette de chat » : se laver sommairement, sans trop se mouiller.

« Aller comme un chat maigre » : courir beaucoup et très vite. Ces mots apparaissent déjà chez Mathurin Régnier (Satires, XI).

« Une chatte n’y retrouverait pas ses petits » : grand désordre, situation très complexe.

« Cela ferait pisser un chat par la patte » ou « à faire pisser un chat par la patte » : se dit de quelque chose qui a un goût (très) acide (Patois de Normandie?).

« it's raining cats and dogs » Il pleut des chats est une expression anglaise pour dire qu'il pleut beaucoup.

Une vie sans chat...
Inimaginable pour moi...


A Enzo, Zoé, Léo, Aragon, Méphisto, Duchesse, Mina, Felix, Elliot ...
Et tout ceux qui se sont envolés...
Je dois préciser que seul Enzo et Zoé vivent avec moi...
Que j'ai des parents absolument formidables, que j'aime de tout mon coeur, qui ont adopté les uns après les autres tous les chats que j'ai ramené a la maison ...
Cette maison que je chérie tant...
Cette maison des chats...
Cette maison du bonheur...
Mes parents je vous aimes...

Votre Lili.
Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 18:28


Je me demande combien de temps il va falloir pour l'entendre en consultation, celle-là ?

La collerette de la honte

Celle-là ?


Oui, cette expression fatidique : "la collerette de la honte".

Une bonne crise de rire au cinéma, en voyant le film Là-haut des studios Pixar.

Film que je vous recommande instamment, collerette de la honte ou pas.


Non, c'est vrai, qui a eu l'idée de cet instrument de torture que j'utilise tous les jours ou presque ?

Sur le principe, c'est très simple : une parabole en plastique accrochée au collier, dont l'objectif est d'empêcher le chien de se lécher ou de se gratter une quelconque partie du corps.


Courte, elle protègera par exemple les oreilles des redoutables pattes arrières.

Plus longue, voire beaucoup plus longue, elle interdira à un chien ou à un chat de se lécher des points de suture, une plaie, un pansement, un drain...

Sa taille dépendra de celle du chien ou du chat, bien entendu, mais aussi de la zone à protéger : vue la souplesse d'un carnivore et l'agilité de sa langue, il vaut mieux prévoir une parabole satellitaire pour protéger une plaie sur l'arrière ou sur une patte.

Parce qu'il faut bien s'ôter une idée de la tête.

Non, les animaux ne savent pas ce qui est bon pour eux. Ils ne vont pas épargner leurs points de suture si ceux-ci les démangent. Ils ne vont pas se retenir de lécher comme des furieux une plaie ouverte si elle gratte.

Et non, le léchage d'une plaie n'est pas bon pour l'évolution de celle-ci.

Au mieux, dans les minutes qui suivent un accident, le léchage permet d'ôter une partie des saletés, mais après, la langue est un véritable bulldozer qui laboure les très fragiles tissus de granulation cicatriciels.

Ralentissant, voire empêchant, le bon déroulement de ladite cicatrisation.


Des anecdotes ?


J'ai du un jour euthanasier un chien suite à une simple castration sans histoire. Trois jours après l'opération, la plaie devait commencer à démanger. C'est normal. Il s'est léché, mordillé sans doute, et à fait sauter la suture cutanée puis sous-cutanée. Ensuite, il s'est... littéralement dévoré. Jusqu'à atteindre ses intestins, qu'il a coupés. Les dégâts étaient catastrophiques. Pour une bête castration. Pour quelques minutes d'inattention sans collerette.


Dans le même genre, une chienne qui s'était fait sauter les sutures abdominales après une césarienne. Intestins mordillés, elle aussi. Entérectomie de 1h à 5h du matin. Elle est morte le lendemain. je me rappelle encore de sa propriétaire, éleveuse avertie, juste après la césarienne : "oh non je ne lui mets jamais de collerette ça ne sert à rien, de toute façon elle est très sage". Il ne lui a sans doute fallu que quelques minutes pour s'arracher le pansement et assouvir son envie de gratouilles.


Des moins dramatiques, j'en ai des tonnes. Ré-intervention avec parage de plaie pour re-suturer, pose d'agrafes, arrachage de drains... Nous donnons toujours une collerette après chaque chirurgie, surtout sur les chiens. Pas un instant nous ne leur faisons confiance. Une cicatrice, c'est comme un bouton de moustique. Quand on se gratte, sur l'instant, c'est jubilatoire, alors on continue, on gratte, on frotte, on démange, on arrache parfois. Plus on gratte et plus ça gratte. C'est la même chose.


Alors oui, il existe d'autres moyens de contention, car un certain nombre d'animaux ne supportent pas la collerette (quoique la plupart s'y habituent après un ou deux jours). Bandages type "le retour de la momie" (bonjour l'épilation au retrait), carcans, bouées, ce sont des solutions qui ne conviennent pas à toutes les situations mais qui peuvent être très intéressantes. Et plus chères.


Alors non, elles ne sont pas parfaites, ces collerettes.

Elles sont même dangereuses pour les jeunes enfants ou les personnages âgées lors qu'un chien très heureux avec leur fonce dessus et leur explose les jambes, ou le reste.

Gare au mobilier, aussi.

http://www.boulesdefourrure.fr/index.php?post/2009/08/04/La-collerette-de-la-honte

Repost 0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 16:31

Certains chiens et chats sont trop gros. Avec des effets importants sur leur santé.

La seule solution reste la prévention.

Après, c'est souvent trop tard.

François-Xavier GIOT


infographie chien chat
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Qui n'a jamais été tenté de donner un chips, un biscuit ou une friandise à son animal de compagnie.

«  Bah, ça ne va pas le tuer  », entend-t-on souvent.

Pas si sûr si l'on en croît Marianne Diez, chargée de cours en nutrition à l'Université de Liège (ULg).

 

1. Qu'est-ce que l'obésité?

 

Deux définitions existent.

«Une première, mathématique, qui ne vaut absolument rien et qui dit que c'est 15  % de plus par rapport au poids optimal.

Ca ne vaut rien car c'est très basique et ça suppose de connaître le poids optimal.

Ce que peu de gens connaissent.»

 

Le mieux, c'est de travailler avec le score corporel.

«Il n'existe pas chez le chien et le chat de formule aussi pratique que le calcul de masse corporelle chez l'homme.

Le score corporel est simplement basé sur cinq silhouettes et des critères de palpation (lire infographie ci-contre).

C'est à mon sens le meilleur moyen de définir le surpoids et l'obésité.»


2. Quelles conséquences?

 

«Il y a toutes sortes de conséquences liées à l'obésité. La première, c'est la diminution de la durée de vie de l'animal. Ca a été très bien étudié chez le Labrador. C'est deux ans de vie en moins. Les chiens restreints en énergie ont vécu 13 ans, les autres 11 ans.»

 

L'obésité provoque aussi des pathologies orthopédiques (douleurs, problèmes de hanche, osthéoarthrite, etc.) explique Marianne Diez. Avec à la clé des problèmes de mobilité, plus visibles chez le chien que chez le chat. La raison?

«On promène moins un chat en laisse.»

 

«Il y a aussi tout ce qui est insuffisance respiratoire, intolérance à l'effort, le travail du coeur compliqué par le surpoids. Car le poids porte sur les articulations mais aussi sur l'ensemble de l'organisme. Puis c'est aussi un facteur d'aggravation de l'insuffisance cardiaque.»

 

3. Causes?

«Soit il y a excès d'apport énergétique, soit insuffisance de dépense énergétique. Mais en réalité, les deux causes sont souvent présentes. Dans les causes basiques, on peut certainement épingler la stérilisation et la sédentarité. Un chat stérilisé gagne à peu près un kilo dans les six mois qui suivent la stérilisation. Et son appétit se développe très fort.»

 

Les propriétaires sont aussi pointés du doigt par Marianne Diez.

«  Les gens nourrissent sans faire preuve de rationnement. Par leur faute, par ignorance ou parfois en sachant très bien qu'ils ne font pas du bien mais au contraire du tort, mais tant pis. Les quantités recommandées ne figurent pas toujours non plus sur les boîtes. Et quand elles sont présentes, elles ne sont pas respectées.  »

 

Le changement d'alimentation au fil des ans est aussi responsable.

«  Avant les chats étaient nourris avec les pâtés où il y avait 85% d'eau. Or on n'a remplacé les pâtés par des croquettes sans réduire le volume. Or, sur le même volume, les croquettes sont quatre fois plus énergétiques. Les gens nourrissent une gamelle, pas un animal.  »

 

4. Les remèdes?

«La première des choses serait de ne pas devoir les traiter. Il faudrait donc commencer par faire de la prévention. Calculer les besoins de l'animal, fixer un objectif de poids et s'y tenir en régulant les quantités alimentaires.»

 

«Il faut commencer par là parce que c'est extrêmement difficile de faire maigrir un animal. La difficulté tient du fait que les gens ont du mal à mettre en place un régime. Or, il n'y a pas 36 solutions. Chez le chien, la seule chose à faire est de le priver de nourriture. Pas de le faire jeûner mais de lui donner beaucoup moins que ce qu'on lui donne d'habitude pour l'obliger à puiser dans ses recettes de graisse et de les brûler."

 


http://www.actu24.be/article/societe/chienschats/chiens_et_chats_lobesite,_un_facteur_a_risque/360045.aspx

Repost 0