Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 15:36

 

Photo de blaireau réalisée à l’entrée d’une buse sous la ligne LGV du côté de Novillars dans le Territoire de Belfort. DR

Photo de blaireau réalisée à l’entrée d’une buse sous la ligne LGV du côté de Novillars dans le Territoire de Belfort. DR

Réseau Ferré de France a réussi le pari de concilier environnement et train à grande vitesse : la vie des chauves-souris et des grenouilles n’est pas affectée par le passage de la LGV.

Anne Petit, responsable environnement chez Réseau Ferré de France (RFF) en poste à Besançon suit le dossier bien avant le début des travaux de la ligne à grande vitesse.

 

« Nous avons dressé un inventaire de la faune et de la flore afin de déterminer quelles étaient les espèces sensibles à protéger, et cela avant le début des travaux vers 2003, explique Anne Petit, alors que les travaux de terrassement ont débuté en 2006. »


Aujourd’hui, huit ans après ce premier inventaire, les services de l’environnement de RFF aidés par des instituts spécialisés effectuent encore des comptages et des suivis des déplacements de ces animaux, qui vont de la salamandre en passant par le cerf ou le blaireau sans oublier les chauves-souris.

 

Et de nombreuses études se poursuivent dans la région de Novillard dans le Territoire de Belfort.


Un premier bilan sera dressé un an après la mise en service du TGV - soit fin 2012 - et un autre cinq ans après - en 2016.

 

« Tout au long du processus, on a vérifié l’efficacité des passages, et on s’aperçoit que même pendant le chantier les ouvrages d’art étaient déjà utilisés par la faune, comme les sangliers et les chevreuils.

 

Les buses sont quant à elle utilisées par les animaux plus petits tels que blaireaux, renards et fouines », constate Anne Petit.


RFF a également aménagé les passages hydrauliques avec des « banquettes », c’est-à-dire des sortes de trottoirs, afin que les petits animaux puissent traverser sous la LGV, à sec.


Pour vérifier si les animaux empruntent bien les ouvrages qui leur sont destinés, RFF a posé des appareils et enregistre les passages, de jour comme de nuit. Ce dispositif permet également de faire des comptages.

 

Et RFF a rassemblé des photos de blaireaux, de renard ou de martres…

 

Dans le Territoire de Belfort, dans le Grand Bois près de Vézelois, non loin de la gare de Meroux, RFF a observé également les chauves-souris, qui utilisent les rideaux de végétation pour se déplacer, « mais on s’est aperçu que les chauves-souris changent leur route de vol et empruntent les ouvrages d’art pour traverser la ligne à grande vitesse, soit en dessous de la ligne soit au-dessus », analyse Anne Petit.

 

Par exemple dans le Jura RFF a observé et étudié le minioptère de Schreber, espèce rare de chauve-souris, et « grâce au nouveau rideau de végétation que l’on reconstitue, les chauves-souris apprennent de nouveaux passages ».

88 passages

Sur les 140 km de nouvelles voies, RFF a installé 37 passages pour la grande faune (cerfs, chevreuils, sangliers, etc.) sans compter en plus les 13 viaducs, le tunnel et la tranchée couverte d’Aibre, et 51 passages pour la petite faune (buses ou dalots) permettant le passage des rongeurs, lièvres, blaireaux, renards, amphibiens, etc.

 

D’ailleurs pour les amphibiens, RFF a construit des crapauducs…

 

La circulaire Bianco du 15 décembre 1992 étend au domaine de l’environnement l’obligation d’un bilan a posteriori c’est-à-dire trois à cinq ans après la mise en service.

 

Conformément à la Loi d’orientation des transports intérieurs pour les grands projets, ce bilan comprend un volet socio-économique et un volet environnemental.

 

Réseau ferré de France compte élargir ce dispositif réglementaire en « un bilan développement durable, premier du genre à RFF, qui comprendra en plus le bilan du programme de mesures supplémentaires en faveur de la biodiversité, les résultats du bilan carbone® global (conception-réalisation-exploitation) réalisé sur la ligne et les résultats de la clause sociale appliquée dans tous nos marchés », indique un communiqué de RFF.

 

Le bilan environnemental est réalisé par des bureaux d’études spécialisés — groupement piloté par Adage.

 

OGE est le bureau d’études en charge du suivi de la faune.


http://www.lepays.fr/actualite/2011/06/07/faire-passer-le-train-sans-deranger-les-animaux

Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Faune - Ours - Loups
commenter cet article

commentaires

Laura 07/06/2011 22:45


Oh ça fait plaisir de voir une bonne action à grande échelle ..


alienor 07/06/2011 15:44


G E N I A L :-))