Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 17:01

 

Des annonces promettent des chiots «à donner». Ils n’arriveront jamais, mais vous coûteront cher.

Proposé sur Internet, cet adorable shih tzu est en effet craquant. Mais, attention, il n’est qu’un appât destiné à vous faire ouvrir votre porte-monnaie.

Proposé sur Internet, cet adorable shih tzu est en effet craquant. Mais, attention, il n’est qu’un appât destiné à vous faire ouvrir votre porte-monnaie. © DR


Bichons maltais, shih tzus, chihuahuas ou carlins, ils sont généralement âgés de quelques mois et leurs maîtres, pour une foule de raisons, ne peuvent plus s’occuper d’eux.

 

Alors, pour le bien des «petits», ils ont décidé de les «donner» à «des personnes aimantes» moyennant 200 francs suisses ou 180 euros, c’est selon. «Pour les frais.»

 

Et ce n’est que le prix de départ.

 

Qu’ils se nomment «Linda», «Ollie» ou «Stelia», les chiots peuvent être demain chez vous, c’est promis.

 

Vous vous méfiez?

 

Aucun souci: les animaux voyagent par avion via une société de transport animalier, avec leurs jouets, leur passeport et leur carnet de santé.

 

Parfois même, un vétérinaire peut jouer le rôle d’accompagnateur.

«Enquêtes difficiles»
Le portrait vous paraît trop idyllique?

 

Vous avez raison. C’est une grosse arnaque.

 

Une escroquerie internationale.

 

Pourtant, des gens se font encore abuser.

 

«J’ai déboursé 649 euros pour un chow-chow que je n’ai jamais vu», témoigne une victime sur le Net.

 

«J’ai failli me faire avoir, car ces escrocs jouent sur la corde sensible», raconte une Genevoise, dont l’hypothétique compagnon à quatre pattes aurait dû atterrir à l’aéroport de Cointrin.

Au départ, vous avez sans doute tapé sur Internet «chiens à donner ou à vendre en Suisse».

 

Résultat: des dizaines de petites annonces.

 

L’une d’elles raconte dans un très mauvais français l’histoire d’«Ollie», bichon maltais femelle de 4 mois, qui a dû quitter Yverdon pour l’Angleterre avec Camille, sa maîtresse – ou son maître, les versions divergent – d’origine française.

 

«La maison était trop petite, je devais la laisser à l’intérieur.C’est pour cela que je préfère la donner», explique-t-elle.

 

Quelques jours plus tard, la même Camille réapparaît sur la Toile.

 

Cette fois, elle est propriétaire d’un petit élevage (toujours en Angleterre) et a déjà fait adopter des chiots en Suisse.

 

La «preuve»? Le numéro de téléphone portable de l’un des nouveaux propriétaires.

 

Toujours aux abonnés absents… La suite des opérations?

 

Rien de plus facile. Il s’agit de donner ses coordonnées et de verser l’argent via une agence Western Union.

«Dès que l’on vous parle d’avancer de l’argent, que ce soit pour un animal ou un appartement, il faut se méfier!» constate Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise.

 

L’escroquerie aux petits chiots n’est visiblement pas nouvelle, mais se propage.

 

La police se dit «relativement démunie» face à ces arnaques qui viennent d’Afrique, du Nigeria et d’Ouganda plus particulièrement.

 

«Il est difficile d’enquêter dans ces pays, poursuit M. Brandt. Le temps de remonter un site Internet, celui-ci est fermé et un autre ouvert!»

Élevages suisses à privilégier
Président de la Protection suisse des animaux, Heinz Lienhard a connaissance de ces cas: «Dans un sens, ce genre d’escroquerie ne nous gêne pas vraiment puisque, dans les faits, les chiens n’arrivent jamais en Suisse.

 

Ce n’est hélas pas le cas de ceux qui viennent par camion des pays de l’Est et qui, parce qu’ils sont malades ou pas socialisés, terminent dans nos refuges.»

Bref, «si vous cherchez un chien de race, ne vous fiez pas aux annonces prometteuses ni aux offres sur Internet», recommande l’Office vétérinaire fédéral.

 

«Il est préférable de s’adresser à des élevages suisses», constate Heinz Lienhard, sachant qu’il faudra en tout cas débourser entre 1500 et 2000 francs. Votre budget est serré?

 

Des milliers de chiens attendent un nouveau maître dans les refuges cantonaux des SPA.


http://www.lematin.ch/actu/suisse/arnaque-aux-chiens-sur-le-web

Partager cet article

Repost 0

commentaires