Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 17:38

 

Accusé par une voisine de « faire des petits partout », Chip le chat est enlevé par la fourrière, rasé, anesthésié. Mais il y a comme une erreur...

Chip a retrouvé son foyer après une mésaventure qui l’a laissé groggy. DR

Chipmunk ne savait pas ce qu’il allait lui en coûter de « bouffer à tous les râteliers »...


Chip a le poil soyeux, les yeux bleus et l’affection débordante d’un petit chat croisé siamois et tigré européen.

 

Depuis un an, le tendre animal habite rue Victor-Hugo à Saint-Max, au foyer d’un jeune couple et de leurs deux enfants.

 

Vie pépère d’un chat choyé. Jusqu’à mardi matin...


On sonne à la porte : à la stupéfaction des habitants, on leur rapporte Chip, rasé, et tout juste réveillé d’une anesthésie générale... Que s’est-il donc passé ?


Les prémices de cette histoire rocambolesque remontent à début juillet.

 

Partis en vacances, les maîtres de Chip en avaient confié la surveillance, en même temps que celle de leur maison, aux bons soins d’une amie.

 

Or, un soir, une inconnue s’enquiert auprès de la « gardienne » de la présence d’un animal à cette adresse.

 

« Il semblerait qu’une chatte habitant ici a pris l’habitude d’aller faire ses petits partout dans les jardins voisins », explique-t-elle en décrivant une bête ressemblant trait pour trait au matou du foyer.

 

L’importune est éconduite, au motif que Chip est un mâle, il y a erreur sur l’identité féline.


À leur retour fin juillet, les maîtres de séant sont avertis de l’anecdote, on en sourit. Fin du 1er acte.


Régime spécial...

Le second a nettement moins prêté à rire.

 

En fait, ce mardi-là, c’est un employé de la fourrière du Grand Nancy, un peu penaud, qui rapporte Chip à domicile, s’emberlificotant dans des explications scabreuses.

 

Furieux, le propriétaire demande directement des comptes auprès du service en question, où lui est racontée une histoire proprement hallucinante.


Il se trouve qu’une habitante du quartier, rue Clos-pré, qui a longtemps travaillé pour la SPA, est membre de l’association du Chat libre.

 

Un comité de surveillance de la prolifération des chats, qui met tout de même un point d’honneur à les nourrir...

 

« Ce qui explique pourquoi notre chat grossissait à vue d’œil », s’insurge son maître.

 

« Alors qu’on faisait, nous, bien attention à son régime alimentaire parce qu’il a des problèmes de reins. »


Chip a donc profité.

 

Et toute « experte » qu’elle se prétende, la dame aux chats en a conclu :

 

1) qu’il s’agissait d’une femelle,

 

2) qu’elle était pleine...

 

Et a décidé de mettre en branle la mécanique de l’avortement et de la stérilisation !


La bonne âme mobilise aussitôt la fourrière.

 

Obligeante, la « plaignante » a même pris soin de piéger la bête et de la garder à disposition des employés de la Cugn... Un enlèvement pur et simple.

 

Direction, le véto !

 

Première erreur. Chip, dûment vacciné, a une puce.

 

Version numérique, incrustée sous la peau.

 

La fourrière aurait dû commencer par vérifier ce « détail », et ainsi tout apprendre de l’état-civil du petit chat kidnappé.


Grosse bévue

Plus grave, le vétérinaire rase (en blessant tous les tétons du matou au passage...) puis endort le patient sans même effectuer les vérifications d’usage !

 

Et c’est alors qu’on s’apprêtait à ouvrir le bide du pauvre animal que le pot aux roses est révélé : la femelle grosse est un mâle, castré.


« Ahurissant ! », s’insurge le propriétaire.

 

« En plus, pour se dédouaner, on me fait comprendre que laisser mon chat en liberté, c’est en faire un animal errant. »

 

Autrement dit, il aurait une part de responsabilité dans les mésaventures de son greffier.

 

« Alors que mon vétérinaire est le premier à prôner la liberté. Un chat, ça ne s’enferme pas dans un appartement. »


Et la fourrière, décidément mal à l’aise, en profite pour se venger de la comploteuse.

 

« Ces gens-là, c’est un désastre. Ils croient toujours bien faire, mais sont les premiers à participer à la prolifération des bestioles en leur donnant à manger. »

 

Quant aux employés de la Cugn trop zélés, qui finalement ne font pas bien leur boulot, il n’en est pas fait mention !

 

Lysiane GANOUSSE

http://www.estrepublicain.fr/fr/a-la-une-aujourdhui/info/5552294-Nancy-chat-c-est-bete-Tres-bete

Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Maltraitances.
commenter cet article

commentaires

Anne et Cat 22/08/2011 21:04


Pour le véto, la bonne âme qui a piégé le chat et la fourrière évidemment, ce n'est pas tip top.
Le seul moyen (en plus de la puce) pour éviter cela à son chat sans l'incarcérer 24 heures sur 24 pour autant, est de le pourvoir d'un collier... comme cela, personne ne peut croire qu'il s'agit
d'un chat errant.
Bonne soirée.
Cat


alienor 18/08/2011 07:37


et que dire du véto, quand même un peu "léger"....