Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 15:54

 

Delphine et son chien. Archives Darek Szuster

Delphine et son chien. Archives Darek Szuster

La Sundgauvienne Delphine Wespiser, Miss France 2012, s’engage auprès du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), créé en 1969.

Elle nous explique son choix.

Pourquoi IFAW ? Connaissez-vous cette association depuis longtemps ?

Non. J’ai toujours été très impliquée dans la cause animale, mais plus jeune, je n’avais pas pensé à rejoindre une association.

Je me suis documentée, et les deux grandes associations qui ressortent, ce sont IFAW et la Fondation Brigitte Bardot, qui a déjà une ambassadrice.

J’ai donc choisi IFAW parce que c’est une association internationale, qui va vraiment partout.

Le fait que la directrice d’IFAW pour la France, Céline Sissler-Bienvenu, soit d’origine alsacienne a-t-il joué ?

Bien sûr. Je me suis dit que c’était un signe.

Mais surtout, IFAW existe depuis très longtemps et fait de très belles choses.

C’est cette association qui a emmené Brigitte Bardot pour la première fois sur la banquise. En ce moment, elle a un projet au Kenya pour lutter contre le braconnage et le trafic d’ivoire.

 

En France, elle finance également un programme pour sensibiliser les enfants à la cause animale (NDLR : « la semaine d’action pour les animaux », pour des classes allant du CE2 à la 4 e) : je trouve très bien de prendre le problème à la base, c’est une avancée énorme.

Enfants et animaux, cela nous ramène à la polémique qui a suivi votre passage dans l’émission de Laurent Ruquier, en décembre sur France 2, où vos propos ont fait croire à certains que le sort des animaux comptait davantage, à vos yeux, que celui des enfants : cette affaire vous a-t-elle peinée ?

Oui. En sortant de l’émission, j’avais l’impression d’avoir fait une bonne prestation, et ce n’est qu’après, sur internet, que j’ai vu que mes propos avaient été mal compris.

 

Il faut savoir que l’enregistrement avait été réalisé très tard dans la soirée : j’étais peut-être fatiguée, je n’ai peut-être pas choisi les meilleurs mots, les meilleures tournures de phrase.

 

Mais j’ai reçu beaucoup de lettres de soutien, de gens qui m’ont dit m’avoir comprise, que j’avais très bien parlé.

 

Je voulais simplement expliquer que, selon moi, on n’a qu’un cœur, et qu’une personne qui peut faire du mal à un être humain peut en faire à un animal, et inversement.

 

Chaque être vivant a droit au respect.

Au-delà de la notoriété que vous allez apporter à IFAW, comment va se traduire votre soutien, concrètement ?

Pour l’instant, rien que la notoriété, c’est déjà énorme, ça devrait inciter les dons à l’association.

 

Il se peut que je me rende au Kenya, mais comme ça coûte assez cher, l’argent sera peut-être mieux employé dans une action sur place.

 

Le second semestre sera consacré aux chiens et chats des SDF, qui souffrent beaucoup, notamment de malnutrition.

 

Par ailleurs, je participerai ponctuellement à des actions de soutien à la Fondation Bardot et à la SPA, ainsi qu’à des émissions de « 30 millions d’amis ».

Êtes-vous toujours à l’aise dans votre rôle de Miss France ?

Oui, je suis très heureuse.

Passé le marathon médiatique des deux premières semaines, je donne maintenant une interview par jour en moyenne, cela s’espace davantage.

Aujourd’hui (vendredi), j’étais à Amnéville pour l’ouverture d’une galerie commerciale, la veille au Sidaction, je serai samedi soir aux NRJ Music Awards pour remettre un prix, ensuite je partirai deux jours en Italie pour un partenaire cheveux…

Et début février aura lieu la première élection départementale : on va commencer à chercher les futures candidates au titre de Miss France.

Je reviens en Alsace une fois par mois.

  Propos recueillis par Olivier Brégeard

http://www.lalsace.fr/actualite/2012/01/28/miss-france-soutient-l-association-ifaw


Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Medias
commenter cet article

commentaires