Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

5 octobre 2013 6 05 /10 /octobre /2013 15:29

 

Selon des chercheurs, beaucoup de femmes maltraitées par leur conjoint ne quittent pas le foyer par peur de ce qui pourrait arriver à leurs animaux.

 

Une étude qui encouragent les organismes à aider ces victimes.


maltraitance_petite

©Fotolia.com

"Il m'a fait me tenir là et... regarder [lui tuant mon chat].

 

Et c'était comme s'il me disait : ça pourrait t'arriver." C'est le témoignage poignant de l'une des 19 femmes interrogées par Jennifer Hardesty, maître de conférence en développement humain et études de la famille à l'Université de l'Illinois (Etats-Unis).

 

Dans l'histoire de ces femmes maltraitées, les chercheurs se sont intéressés à leur décision concernant le sort de leur animal de compagnie, alors qu'elles recherchaient l'aide d'un foyer.

 

Comme Jennifer Hardesty l'explique, "ces incidents sont vraiment symboliques de ce que le tyran est capable de faire".

 

Une étude récente a montré que 34% des femmes avaient retardé le moment où elles quitteraient le foyer par inquiétude et par peur pour leurs animaux de compagnie.

 

Leur tyran ayant menacé et fait du mal aux animaux dans le passé.

 

"Pour des femmes abusées, un animal de compagnie peut être une précieuse source de confort d'amour et de confort inconditionnels", explique-t-elle.


Un appel à l'aide destiné aux organismes

Pour l'instant, seulement un petit nombre de foyers acceptent les animaux de compagnie.

 

Le chercheur encourage les foyers en général à s'intéresser davantage à ces animaux que peuvent avoir les femmes qu'ils accueillent.

 

Le College of Veterinary Medicine de l'Université de l'Illinois serait un pionnier en développant un programme offrant un havre de paix pour les animaux jusqu'à ce que les femmes en foyer puissent trouver un logement et récupérer leurs animaux.

 

Jennifer Hardesty expose ses recommandations au personnel des foyers et aux vétérinaires dans son étude, dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Interpersonal Violence.


Publié par Armelle Bérard Bergery, rédactrice santé le Vendredi 27 Septembre 2013

http://sante.planet.fr/a-la-une-maltraitance-ces-femmes-qui-restent-pour-proteger-leurs-animaux.462755.2035.html

 


Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Maltraitances.
commenter cet article

commentaires