Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 15:56

 

Le harnais des chiens-guides de la Fondation MIRA

 

L’idée maîtresse derrière le documentaire interactif Code barre, c’est : choisir un objet autour de soi et se demander ce qu’il cache à l’intérieur.

 

Nous avons demandé à Nicolas St-Pierre, le chef d’entrainement des chiens-guides de la Fondation MIRA, de nous parler d’un objet important pour lui.

 

Nicolas nous raconte comment le harnais crée une relation privilégiée et transformatrice entre les personnes non voyantes et leurs chiens-guides.


Le harnais sert à épouser le corps d’un chien qui guide une personne qui ne voit pas.

 

Il est fait de cuir, de crochets métalliques de sécurité et de bandes réfléchissantes de protection.

 

L’utilisation de chiens-guides a fait son apparition en Europe, au début du XXe.

 

Ils servaient à faciliter la vie des invalides de guerre.

 

Par la suite, c’est aux États-Unis que l’approche des chiens-guides a été développée pour les non voyants.


Pendant longtemps, il n’y avait pas d’école de chiens-guides francophone au Canada.

 

Les personnes aveugles de langue française devaient aller aux États-Unis pour avoir un chien, ce qui compliquait le suivi.

 

Quelqu’un a approché mon père qui était éleveur de chiens de protection et de détection. Cette demande fut pour lui une révélation qui l’amena à créer la Fondation MIRA.

 

Mon premier souvenir de harnais remonte à l’âge de 8 ans, quand il a construit un prototype à partir d’une ceinture de cuir et de clous.


Au fil du temps, la Fondation a développé sa propre approche d’entrainement de chiens-guides.

 

Elle est basée sur des techniques d’orientation et de mobilité qui forment le chien à se déplacer de façon fluide.

 

Le harnais est présent dès la troisième journée de l’entrainement.

 

Il devient l’uniforme du chien : sans son harnais, il est un chien, et avec son harnais, il devient un anti-chien.

 

Il doit observer son environnement, doit rester calme et répondre aux demandes de déplacement.

 

Avec son harnais, le chien n’a pas le droit de renifler ou de jouer.

 

La partie métallique du harnais est le lien entre le chien et les yeux de la personne.

 

Quand ce dernier bouge la poignée du harnais, le bruit signifie « Porte attention ».

 

Si le chien voit des obstacles, il doit les éviter.

 

S’il voit d’autres chiens, il doit rester calme.

 

L’aveugle doit tenir son harnais sans tension pour laisser le chien travailler.

 

Quand l’aveugle lâche la poignée et prend le chien par la laisse, le chien ne guide plus.

 

C’est alors l’aveugle qui guide le chien, dans les situations où l’aveugle est accompagné d’une personne voyante par exemple.


C’est la nuance que l’on doit enseigner à la personne aveugle.

 

Bien souvent, elle n’a jamais eu de chien et pense que son guide agit seul.

 

On doit alors lui apprendre que son guide est un être vivant qui peut se désentrainer s’il n’est pas bien encadré.

 

Une partie importante de mon travail consiste à former des équipes avec les personnes non voyantes et les chiens.

 

Je dois sélectionner le chien en fonction des aptitudes et de la personnalité de la personne non voyante.

 

Une fois l’équipe constituée, les personnes aveugles sont formées six jours par semaine pendant un mois.

 

Elles affrontent alors leurs peurs et progressent rapidement.

 

Le harnais fait donc partie d’un long processus d’écoute et de respect.

 

Il permet de construire la symbolique d’autorité qui rend possible la relation du chien avec la personne non voyante.


Cet objet transforme la vie des non-voyants et des chiens.

 

À partir du moment où le chien porte son harnais, il devient l’instrument magique qui crée une équipe, une entité.

 

Le harnais représente la fluidité, le plaisir, l’efficacité et l’autonomie.

 

Il est un trait d’union sécuritaire entre le non-voyant et le monde extérieur.

 

Il est un accélérateur de relations et d’opportunités.

 

Pour les non-voyants, les chiens et pour moi, le harnais signifie la liberté et le dépassement de soi.

 

Il me donne le défi de constamment donner le meilleur de moi-même, pour moi, mais surtout pour aider les autres.


http://codebarre.tv/blogue/?p=10812

Partager cet article

Repost 0

commentaires