Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 18:26

 

Un décret vient d’être publié au journal officiel par le ministère de l’agriculture.

 

Il satisfait les associations comme les responsables religieux, même si toutes les questions pratiques ne sont pas réglées.


http://www.notre-planete.info/actualites/images/alimentation/saignee.jpg

Pourquoi l’abattage rituel pose-t-il un problème ?

L’abattage rituel, pratiqué – dans des conditions différentes – par les juifs et les musulmans, est un sujet de polémique récurrente, en France mais aussi en Europe, où plusieurs pays ont récemment adopté des législations restrictives.

 

Avec la chasse et l’abattage d’urgence, il constitue l’une des trois exceptions au principe général d’étourdissement des animaux avant l’abattage qui prévaut en droit français depuis 1962.


Les associations de protection des animaux dénoncent les souffrances qui leur sont causées, et laissent entendre également que les quantités de viandes produites dans ces conditions excèdent les besoins des fidèles concernés.

 

Faute de réglementation précise, le ministère de l’agriculture en convient, « des dérives ont pu être observées dans certains abattoirs ».  

Un règlement européen, qui doit entrer en application au 1er  janvier 2013, a d’ailleurs déjà prévu, dès 2009, un renforcement de la formation des sacrificateurs à la protection des animaux.

 

Interpellé par plusieurs associations, le ministre de l’agriculture, Bruno Le maire, a promis en mars « de mieux encadrer » cette pratique, sans toutefois « stigmatiser les cultes ni revenir sur le principe constitutionnel de leur libre exercice ».


http://www.sfrjeunestalents.fr/sites/default/files/pictures/508458-1324586861.jpg

Que dit le décret ?

Après six mois de consultations, le ministère de l’agriculture a fait paraître mercredi 28 décembre au Journal officiel un décret et un arrêté.

 

Alors que, jusque-là, les abattoirs pratiquant l’abattage rituel étaient soumis à un unique agrément sanitaire – qu’il était difficile de leur retirer pour des motifs liés à la maltraitance des animaux – ils devront désormais obtenir une autorisation supplémentaire de la part du préfet. 


Et, pour cela, remplir différentes conditions : matériel adapté pour immobiliser l’animal puis pour le saigner (couteau « adapté à la taille de l’animal et en permanence aiguisé et affilé » ), personnel habilité par les autorités religieuses et formé à l’hygiène et à la protection des animaux, etc.

 

Les abattoirs devront aussi se doter d’un « système d’enregistrements permettant de vérifier que l’usage de la dérogation correspond à des commandes commerciales qui le nécessitent ».

 

« Si on s’aperçoit que ces conditions ne sont plus remplies, on pourra retirer l’agrément », fait-on valoir dans l’entourage du ministre.

Quelles sont les réactions ?

« Ces textes vont dans le bon sens mais restent très insuffisants car les conditions même de l’abattage rituel sont inacceptables », a immédiatement réagi Christophe Marie, le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot


De leur côté, les responsables juifs et musulmans estiment qu’ils devraient permettre « d’éviter les abus » tout en leur laissant la marge de manœuvre nécessaire pour continuer à disposer de viande halal ou cachère.

 

« La transparence qu’ils instaurent permettra de mettre fin aux campagnes de dénigrement », estime Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman.


« Nous resterons vigilants et vérifierons que leurs conditions d’application sur le terrain resteront bien dans l’esprit du décret », prévient toutefois le grand rabbin de Metz, Bruno Fiszon, qui précise par ailleurs que les modalités pratiques de la nouvelle formation des sacrificateurs au respect animal ne sont pas encore fixées.


Anne-Bénédicte HOFFNER

http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/Le-gouvernement-durcit-la-reglementation-sur-l-abattage-rituel-_NP_-2012-01-02-753114

 

http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/images/abattage-rituel-OABA.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Maltraitances.
commenter cet article

commentaires

alienor 03/01/2012 06:57

un seul mot I M M O N D E

où est le respect de la vie des créatrues de Dieu....enfin si il existe, pourquoi permet il de telles horreurs :-(((