Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 16:04

 

La mort suspecte d’un chiot à Nantes (Loire-Atlantique, ouest de la France) a été à l’origine d’une enquête épidémiologique sur un risque de rage dans la région.

 

L’animal avait été ramené du Maroc par ses propriétaires.

 

Si le cas de rage était avéré, ce ne serait pas la première fois qu’un animal venu du Maroc serait en cause dans une affaire liée à cette maladie.

L’animal en question avait été ramené du Maroc le 1er août par ses propriétaires, dont l’identité n’a pas été révélée.

 

« Suite à un changement de comportement, le chiot, âgé de 3 mois, a été isolé et mis sous surveillance vétérinaire le 6 août.

 

Il est mort dans la nuit du 7 août », rapporte l’AFP.

 

Une enquête épidémiologique a été effectuée par l'Agence régionale de la Santé des Pays de la Loire.

 

Des analyses en cours à l’Institut Pasteur en France, doivent confirmer si l’animal est mort de la rage ou non.

 

L’enquête doit déterminer quelles personnes ont été en contact avec l’animal avant sa mort, pour envisager un traitement.

 

La rage animale est en effet mortelle pour l’homme si elle n’est pas traitée avant le déclenchement des premiers symptômes.

 

Le Maroc exportateur de rage ?

Ce n'est malheureusement pas la première fois que des cas de rage signalés en Europe aient pour point de départ le Maroc.

 

En 2008, en région parisienne, une chienne atteinte de cette maladie mord sa jeune maîtresse.

 

Il s’est avéré que la souche rabique, dont était atteint l’animal, venait du Maroc.

 

En effet, la chienne dénommée Cracotte avait été contaminée, comme plusieurs de ses congénères, par un  chiot qui avait contracté le virus au Maroc.


De même, en 2004, un Autrichien de 23 ans mordu au Maroc par un chien infecté est admis dans un état grave dans un hôpital de l’enclave de Ceuta.

 

Il a ensuite été transféré vers son pays, où il finît par succomber à ses blessures.

 

« Le virus avait progressivement endommagé le cerveau de la victime et provoqué des dysfonctionnements de son système nerveux central », avaient confié les sources hospitalières en Autriche.


Les exemples ne manquent pas à l’intérieur même de nos frontières. Si deux cas de rage ont été révélés chez des chevaux dans la région de Taounate en 2004, le chien reste le principal vecteur de la maladie.

 

Avec plus de 400 cas diagnostiqués annuellement, et plus d’une vingtaine de contaminations mortelles chez l’homme, le Maroc est classé en 2008, « zone à forte endémie », par l’Organisation mondiale de la santé.

 

Du chemin à faire dans la lutte

Si le Maroc est identifié comme l’un des foyers de l’épidémie de rage animale, l'absence de réelles mesures empêchent de lutter efficacement contre la maladie.

 

Un Plan national de lutte contre la rage (PNLR), mis sur pied en 1986, devait éradiquer le phénomène à la base, à travers l’abattage systématique des chiens errants.

 

Pourtant, le nombre de ces animaux qui sillonnent encore les rues dans les grandes villes et les campagnes montre bien que le plan s’est avéré un échec.


Par ailleurs le laxisme des douaniers à la frontière est pointé du doigt, alors que les animaux contaminés au Maroc traversent la frontière.

 

Certains arrivent même clandestinement en Europe avec des MRE de retour du Maroc.

 

Il faut ajouter à cela, le fait que les vaccins antirabiques ne sont pas subventionnés, comme le rapporte sur son site, le quotidien Le Soir Echos.

 

Dans de telles conditions, il est difficile d’empêcher la maladie de se propager.

http://www.yabiladi.com/articles/details/6556/france-nouveau-rage-importe-maroc.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires