Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 15:45

http://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/50413_82920465267_1344102_n.jpg

 

Dressage et Solidarité

 

Nous sommes régulièrement contactés par des personnes confrontées à de grandes difficultés avec leur chien et n'ayant pourtant pas les moyens nécéssaires pour s'offrir des cours d'éducation canine.

 

Nos éducateurs canins et nos comportementalistes animaliers leur ont toujours offert des conseils par téléphone, dans la limite de leurs disponibilités.

Afin de répondre aux attentes des personnes les plus en difficulté et de permettre ainsi de faciliter leur vie et celle de leur entourage, L'Ecole Des Chiens a décidé de mettre en place des cours gratuits d'éducation canine.

Cette opération prend le nom de Dressage & solidarité.

Nous organiserons 1 fois par mois une matinée de cours collectifs gratuits, au bois de vincennes (94), de boulogne (92), ou à Rueil-Malmaison (92) en fonction des demandes.

N'intervenant pas à domicile, nous ne serons pas à même de traiter d'éventuels troubles du comportement (aboiements, destructions, agressivité...), pour lesquels l'influence environnementale est tres importante.

 

Nous nous limiterons donc à l'apprentissage de la marche en laisse, du rappel, des ordres de base, etc...

Tous les maîtres y seront les bienvenus avec leur chien, à partir du moment où ils ne viennent pas en voiture de sport ou en gros 4X4...

 

Il ne s'agit pas d'initiation à l'éducation canine mais de vrais cours gratuits de dressage canin réservés aux personnes n'ayant pas les moyens de faire appel à nos services.

 

Merci de ne pas prendre la place de ces personnes si tel n'est pas votre cas.

Contactez nous à l'avance pour vous inscrire, afin que nous puissions prévoir le personnel et le matériel nécéssaire.

 

http://www.ecoledeschiens.com/dressage-solidarite-gratuit.html

 

La barre d'outils gratuite de fans de chiens:

http://www.ecoledeschiens.com/barre-outils-internet-chiens.html

 

Interview de Jérôme Mascarin, créateur de l’entreprise L’Ecole Des Chiens

 

J’ai le plaisir de publier cette nouvelle interview d’un créateur d’entreprise sur ZeroDette.com.

Si vous avez des questions pour notre invité, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires sous l’article !

Si vous êtes vous-même un créateur d’entreprise et souhaitez réaliser ce type d’interview pour ZeroDette.com, ou si vous connaissez quelqu’un susceptible d’être intéressé, vous pouvez me contacter par e-mail (sylvain@zerodette.com) et je vous répondrai dans les meilleurs délais.

Bonjour Jérôme et merci d’avoir accepté de participer à cette interview !

Peux-tu nous dire qui tu es et quelle est ton activité ?

Je m’appelle Jérôme Mascarin, j’ai 35 ans et je suis installé à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine.

 

Je suis le créateur de l’Ecole Des Chiens.

 

Je suis éducateur canin et comportementaliste animalier.

 

J’ai commencé à me former dès l’âge de 18 ans auprès de praticiens issus de différentes formations internationales.

 

J’ai également passé un diplôme d’éleveur canin et j’ai fréquenté les clubs canins toute ma vie.

 

J’ai donc une approche pluridisciplinaire de l’éducation canine qui me permet de m’adapter à chaque situation.


Cette approche moderne a rencontré un franc succès auprès des vétérinaires qui ont participé à ma bonne réputation et m’ont permis aujourd’hui de transformer mon entreprise en réseau national.


J’anime donc aujourd’hui une équipe d’éducateurs canins et de comportementalistes animaliers à Paris, en Ile de France, à Marseille, Reims, Lyon, Aix en Provence…


Nous intervenons auprès des maîtres de chiot voulant s’assurer d’éduquer leur chien dans les meilleures conditions : propreté, marche en laisse, socialisation, hiérarchisation…

 

Nous intervenons également auprès de personnes confrontés à des chiens adultes présentant des troubles manifestes du comportement : agressivité, aboiements, phobies, destructions, stress…


Afin de tester la faisabilité du projet, j’ai commencé mon activité tout seul en tant qu’auto-entrepreneur en janvier 2009 et, devant le succès de la formule, j’ai créé la SARL ecoledeschiens.com en Octobre 2010.


Notre site web www.ecoledeschiens.com totalise aujourd’hui 2500 visites par jour et nous gérons l’éducation ou la rééducation de 1500 chiens chaque année.


Quel a été ton parcours avant de créer L’Ecole Des Chiens ?

J’ai passé un baccalauréat scientifique puis j’ai tenté une faculté de droit mais, je n’étais pas fait pour user les bancs d’amphi.

 

C’était beaucoup trop théorique pour moi. J’ai donc arrêté mes études pour remplir mes obligations militaires avant la fin du service national.

 

Je l’ai fait dans la gendarmerie.

 

Je voulais tester l’univers militaire.

 

La gendarmerie n’a pas répondu à mes attentes.

 

Je suis donc entré dans la police nationale où j’ai passé dix années très formatrices qui m’ont permis de m’affirmer, de développer mon sens des responsabilités, un certain sens de l’écoute et une capacité à gérer une équipe au quotidien.


Suite à la modification en 2008 du statut des fonctionnaires, j’ai pu cumuler police et gestion de mon entreprise d’éducation canine durant deux ans.

 

En Janvier 2011, vu le développement important de mon activité canine, j’ai demandé une mise en disponibilité de mon poste au sein de la police nationale.

 

C’est un statut très utile qui me permet de retourner dans la police en cas de difficulté.

 

C’est très rassurant pour la famille et pour les banques…

 

Comment cette idée de business t’est-elle venue ?

L’idée de cette activité m’est venue lors de missions au sein de la police nationale.

 

J’étais régulièrement le témoin de différents de voisinage à cause de nuisances sonores causés par les chiens.

 

Les propriétaires étaient parfois les otages de leur chien, ne pouvant pas sortir de chez eux sans déclencher les hurlements de leur animal.

 

A force de donner des conseils aux gens, j’en suis venu à ouvrir ma propre entreprise de conseils en éducation canine.


Je pratiquais l’obéissance et l’agilité en club, j’étais donc habitué à ce type de cours.


J’ai immédiatement dégagé des bénéfices grâce au régime fiscal simplifié de l’auto-entrepreneur et j’ai multiplié par 2 chaque année mon chiffre d’affaire.


 

 

As-tu créé ton entreprise seul ou avec une équipe / des associés ?
J’ai créé cette entreprise seul.

 

Je n’ai aucun diplôme de gestion mais j’ai la chance d’apprendre vite et de m’adapter à toutes les situations.


J’ai donc appris à créer et à administrer le site web www.ecoledeschiens.com. J’ai ensuite démarché les vétérinaires, les animaleries, les toiletteurs…

 

Quel était le capital de départ ?

En tant qu’auto-entrepreneur, je n’avais pas besoin de capital.

 

Il me fallait juste une voiture et une laisse.


Pour créer ma SARL j’ai déposé un capital de 5000 euros mais dont je n’ai aucune utilité, n’ayant besoin d’aucun investissement.

 

Je fais un maximum de choses moi-même.

 

J’ai en fait un peu de mal à déléguer.

 

J’aime garder le contrôle sur tout.

 

Lorsque j’ai besoin de quelqu’un pour une mission (vidéo, web, comptabilité, etc…) je préfère me former moi-même.

 

C’est plus long, on fait des erreurs mais on est fier du résultat et les clients sentent votre implication dans le projet.


Quelles ont été les difficultés les plus importantes, avant de créer ton entreprise ?

 

Et aujourd’hui ?

Le plus complexe a été de cumuler ma fonction au sein de la police et ma gestion d’entreprise. J’ai dû mettre une croix sur les vacances et sur le principe de sommeil.


En plus l’administration et les syndicats n’étaient pas au courant du changement de statut des fonctionnaires…

 

Il a donc fallu que je me batte pour leur prouver mes droits, ce qui fut très éprouvant. J’ai failli aller au procès.


Quels sont tes points forts qui t’ont aidé à créer ton entreprise, et comment ont-ils contribué à la réussite de ce projet ?

A la différence des autres praticiens de l’éducation canine, j’étais versé dans les techniques actuelles de communication : création web, réseau sociaux, vidéo….

 

J’ai donc pu les mettre en avant pour faire la différence dans ce secteur en manque de modernité.


Quelles qualités ou domaines d’expertise penses-tu avoir appris grâce à la création de ton entreprise ?

Le sens de l’écoute est fondamental et je continue à le développer chaque jour.


J’ai surtout appris à m’entourer, à choisir les meilleurs partenaires pour chaque mission, non sans avoir commis quelques erreurs de parcours.

 

J’ai subi deux mauvais comptables, un avocat véreux et deux webmasters amateurs…


Quelle est la meilleure expérience que tu retiens de cette aventure ? Ou les meilleures expériences ?

Chaque chien est différent, chaque client rencontre ses propres difficultés.

 

La conjonction des deux permet de rarement être confronté à la même situation.

 

On ne sait jamais ce que l’on va découvrir en arrivant chez un client.

 

C’est une aventure permanente et une suite de tranches de vie.

 

Je pourrais écrire un livre, d’ailleurs j’y pense.


A quoi ressemble ton quotidien ? Arriverais-tu à décrire une journée type ?
Je tiens à gérer moi-même le standard de l’Ecole Des Chiens afin que les clients trouvent toujours un interlocuteur capable de les orienter et de les conseiller au mieux.

 

Les gens qui nous appellent sont souvent désemparés.

 

Il faut savoir les écouter, les guider et ne jamais les juger.

 

Je ne veux surtout pas faire appel à une secrétaire qui n’aurait pas la compétence nécessaire.


J’abandonne parfois le standard, car je gère moi-même certains clients dont le cas m’intéresse tout particulièrement.

 

Je vais chez eux, je cible leur besoins en éducation canine et je les accompagne afin d’améliorer la situation.


Une fois mes cours terminées, je réponds aux 300 messages du standard que j’avais dû abandonner.

 

Je travaille donc 7 jour sur 7 de 08h à 22h et 365 jours par an. Mais bon, c’est une passion !


Quels sont les points forts de ton entreprise par rapport à la concurrence ?

Notre approche moderne de l’éducation canine, en douceur et sans contrainte, correspond parfaitement à la demande actuelle et à la relation que nos concitoyens veulent mettre en place avec leur chien.

 

Les gens ne veulent plus sortir le martinet comme le faisaient nos grands-parents.

 

Ils veulent comprendre leur chien et se faire obéir par amour, non par la violence.


Nous avons dès le début mis l’accent sur la qualité du service et la disponibilité.

 

Avec le travail, la famille et les transports, les clients ont peu de temps libre, c’est à nous de nous adapter.

 

Il nous arrive de donner des cours à 23h le soir ou à 7h le matin et ce, 7 jour sur 7, même à noël.


A quoi attribues-tu la réussite de ton entreprise ?

Notre site web www.ecoledeschiens.com est une véritable bible de l’éducation canine.

 

Le site totalise 800 pages de conseils canins, d’informations, de photos, de vidéos de démonstrations…

 

C’est notre vitrine et elle prouve la compétence de nos éducateurs canins.

 

Quels développements sont prévus pour l’année à venir ?

Nous continuons notre extension au niveau national.

 

Le but est de couvrir toute la France d’ici fin 2012.

 

Nous cherchons d’ailleurs de nouveaux collaborateurs diplômés, motivés et sympathiques.

 

Je considère mes collaborateurs comme de vrais amis.

 

Si tu n’avais qu’un seul conseil à donner aux futurs créateurs d’entreprise, que leur dirais-tu ?

Ne surtout pas écouter les gens qui vous diront que ce n’est pas possible, que vous n’y arriverez pas ou que votre idée est farfelue.

 

Si vous êtes passionné, votre idée fonctionnera, quelle qu’elle soit.

 

Si par contre vous visez la fortune et choisissez la profession qui vous semble rentable, vous échouerez.

 

http://www.zerodette.com/interview-de-jerome-mascarin/

Partager cet article

Repost 0

commentaires