Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 18:36

LES2VACHES_114.jpg

 

Présentée à la conférence annuelle 2012 de l'Académie américaine de publicité, une étude menée par des universitaires américains suggère que le label "sans cruauté", apposé sur certains produits commercialisés pour signifier qu’ils ne font pas appel à l’expérimentation animale, serait parfois abusif, nuisant alors au libre-arbitre des consommateurs. 


Pourtant répertorié par l’ONG Coallition contre la vivisection comme "une référence internationale (…), un label très rigoureux effectuant des audits", le label "sans cruauté" ("cruelty-free", en anglais), indiquant qu'une marque ne teste plus, ni ses produits, ni les ingrédients qui les composent, sur les animaux, manque de rigueur juridique, estime une étude récente.


A partir d’une enquête en ligne menée auprès de consommateurs, et après avoir affiné les réponses de ceux-ci en leur délivrant des informations supplémentaires, Kim Sheehan, professeur à l’École de Journalisme et de Communication de l’Université de l’Oregon, et Lee Joonghwa, doctorante à l'école de journalisme de l’Université du Missouri, tirent certaines conclusions.

 

"Parce qu'il n'y a pas de norme juridique pour dire ce qui est ou n'est pas exempt de cruauté, les consommateurs sont vulnérables à la publicité trompeuse. Une entreprise peut revendiquer le fait que son produit est ‘sans cruauté’, mais il peut toujours y avoir une certaine expérimentation animale faite quelque part le long du processus de fabrication", expliquent les chercheuses.


"Cela pourrait conduire à ce que des consommateurs soient trompés en achetant des produits qu'ils ne soutiennent pas [éthiquement]", soulèvent-elles. " 

 

Notre étude montre que les consommateurs se fient à leurs propres valeurs morales personnelles pour prendre des décisions.

 

Si l'information reçue est trompeuse, alors ils ne sont pas en mesure de prendre les décisions importantes qu'ils jugent moralement correctes.

 

La création d'une norme juridique définissant des termes tels que ‘sans cruauté’ aidera les consommateurs à prendre les meilleures décisions pour eux-mêmes et leurs familles", concluent-elles ainsi appelant à une meilleure réglementation.

publiée le 02 avril 2012
article_poulets.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Maltraitances.
commenter cet article

commentaires