Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Profil

  • labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» 
 PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique )
https://www.facebook.com/labrajack
  • «Sauver un animal ne changera pas le monde. Mais pour cet animal, le monde changera pour toujours.» PrésidentAssociation "Petit Mouton noir" (Voir Rubrique ) https://www.facebook.com/labrajack

Recherche

Archives

16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 15:28
Dans le domaine du chien, l'ADN est également utilisé dans de nombreuses applications.
Dans le domaine du chien, l'ADN est également utilisé dans de nombreuses applications.
Crédits photo : Maxime Schmid/AP

L'ADN fait les beaux jours des séries policières.

Chez les chiens, elle permet de diminuer la diffusion des affections génétiques et de garantir au maître le pedigree de l'animal.

Le monde du chien n'est pas étranger aux pouvoirs de l'ADN.

 

Il a lui aussi recours à ses «services» depuis de nombreuses années.

 

Et ce, dans deux grands domaines d'application: la détection de maladies génétiques d'une part, et la filiation d'autre part.

350 maladies génétiques chez le chien

On dénombre chez le chien quelque 350 tares héréditaires (contre 5000 chez l'Homme).

 

La recherche - trois laboratoires en France œuvrent dans le domaine de la génétique canine - a permis pour certaines tares d'élaborer des marqueurs.

 

Ceux-ci permettent de mettre en évidence qu'un mâle ou une femelle destiné à la reproduction (lice et étalon) est indemne ou affecté par telle ou telle pathologie.


Le statut des géniteurs testés «négatifs» peut être apposé sur le pedigree, document officiel des chiens.


Grâce à ces tests, l'éleveur qui effectue consciencieusement son travail de sélection peut évincer de la reproduction les sujets porteurs.

 

Certains chiens peuvent être porteurs sains, c'est-à-dire être atteints d'une maladie sans en présenter de symptôme, tout en pouvant toutefois la transmettre.

 

Les tests peuvent aussi être exigés par un club de race dans le cadre de sa grille de cotation, sorte de «classement» des meilleurs sujets.

Une garantie pour le futur maître

Il n'existe cependant pas encore de tests pour l'ensemble des maladies, mais les races prédisposées chez lesquelles ils sont disponibles peuvent espérer voir diminuer ainsi la diffusion des affections génétiques au sein de leur cheptel.


L'utilité de tels tests, lorsqu'ils sont disponibles, bénéficie aussi au futur maître.

 

Dans sa démarche en vue d'acquérir un chiot, il peut ainsi s'assurer que les géniteurs sont indemnes, ce qui est une garantie supplémentaire pour éviter d'avoir affaire à un chiot qui présentera à son tour une pathologie.

 

Les maladies génétiques, comme toutes celles déclarées avant la souscription d'un contrat d'assurance santé animale entrant dans le cadre des exclusions de remboursement, cela constitue donc une précaution non négligeable.


L'ADN permet en outre une traçabilité des chiots nés dans une portée.

 

Ainsi, on peut connaître avec certitude qu'ils sont bien issus du croisement de tel père et de telle mère.


C'est le club officiel de la race bulldog anglais qui en ce domaine a été le précurseur en instaurant un test ADN afin d'établir la filiation dès 1998.

 

La SCC (Société Centrale Canine) qui gère le LOF (Livre français des origines) en France estimait alors qu'un pedigree sur trois comportait au moins une fausse déclaration.

 

«Ce fut un succès au niveau des éleveurs qui voulaient se démarquer des marchands de chiens», explique Hélène Denis, présidente du club du bulldog anglais.

 

«A ce jour nous avons plus de 1 000 bulldogs identifiés dont un quart avec la filiation contrôlée pour les deux parents», poursuit-elle.


Enfin, le dernier point important, et qui n'est pas des moindres, parmi les gènes identifiés chez le chien, plusieurs sont directement en rapport avec l'Homme.

 

Certaines études conduites en génétique canine peuvent donc être transposées en médecine humaine et permettent de faire progresser la recherche.


La preuve une fois de plus que le chien, en dehors de ses aptitudes pour la compagnie et son rôle parfois d'auxiliaire de vie, peut être porteur de promesses d'espoirs dans le domaine de notre santé.

 

Publié le 06/03/2012

http://www.lefigaro.fr/assurance/2012/03/06/05005-20120306ARTFIG00768-adn-quand-le-monde-du-chien-mene-l-enquete.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by labrajack - dans Vivisection.
commenter cet article

commentaires